ActuMalade
21 mai 2016

partagez

Le KCE veut limiter le nombre de services d’urgence des hôpitaux

Notre pays compte trop de services d’urgence, leur répartition n’est pas rationnelle et beaucoup de personnes se rendent directement chez leur médecin de famille. C’est pourquoi le Centre Fédéral d’Expertise des Soins de santé (KCE) veut limiter le nombre de services d’urgence dans notre pays. Le KCE plaide également pour la présence d’un service d’urgence et d’une permanence de médecine générale en un seul lieu.

Moins de 6 patients par nuit

La moitié des services d’urgence en Belgique reçoit moins de 6 patients par nuit. En outre, notre pays compte beaucoup plus de services d’urgence que les autres et leur répartition n’est pas rationnelle. Parfois 2 services d’urgence se situent à peine à 2 kilomètres de distance. Se pose alors la question du coût élevé des permanences. Le KCE souhaite ainsi limiter le nombre de services d’urgence sur la base de critères objectifs tels que la répartition géographique. Le service d’urgence reste bien évidemment un point d’accès important pour l’hôpital, c’est pourquoi le KCE veut commencer par fermer les services d’urgence des hôpitaux qui en comptent plusieurs. D’autres fermetures peuvent être envisagées par la suite, mais dans le cadre d’une réforme globale du paysage des soins de santé et du système de financement.

Une permanence de médecine générale

Une bonne partie des patients qui fréquentent le service d’urgence pourrait aussi recevoir l’aide d’un médecin généraliste. Le KCE plaide donc pour la mise en place d’un service d’urgence et d’une permanence de médecine générale autonome en un seul endroit. Selon leurs troubles, une équipe envoie alors les patients vers les urgences ou la permanence de médecine générale. Ce modèle existe déjà aux Pays-Bas et en Angleterre. Il permet, selon le KCE, de diminuer les coûts mais également d’augmenter la sécurité et le confort du patient.

Plus d’info !

Consultez le site du KCE.

Autres articles

Hospitalia Continuité : votre filet de sécurité si l’assurance hospitalisation de votre travail prend fin

Une opération, un accouchement, une hospitalisation en cas de maladie … Le risque que vous et les vôtres soyez confrontés à une hospitalisation ne doit pas être sous-estimé. Les frais grimpent très vite, ce qui fait qu’une assurance hospitalisation ne constitue pas un luxe superflu. Nous sommes nombreux à bénéficier de cet avantage par l’intermédiaire de notre travail. Et cet avantage est tout aussi intéressant pour votre partenaire et/ou vos enfants. Mais qu’arrivera-t-il si l’assurance hospitalisation de votre employeur prend fin, par ex. en cas de perte d’emploi ou de départ à la pension ?