ActuMalade
06 décembre 2019

partagez

La VUB est la première "université compatissante" d'Europe

Tout le monde est un jour confronté à la maladie et/ou à la perte d’un être cher. La VUB (Vrije Universiteit Brussel) a dès lors aménagé un lieu de recueillement afin de laisser place à ce chagrin, au propre comme au figuré. L'université a également signé une charte en matière de deuil et de perte. Cela fait de l'institution la première "université compatissante" d'Europe.

Une place pour la souffrance et le réconfort

Un endroit où faire son deuil est très important, tant individuellement que collectivement. Avec ce nouveau lieu de recueillement, la VUB veut donner une place à la souffrance et au réconfort au sein de la communauté universitaire. C’est une manière pour l'université de reconnaître la maladie, le deuil et la perte comme faisant partie de cette communauté et pour impliquer tous les membres de cette communauté dans la sollicitude envers les personnes en deuil et en souffrance.

Élargir l'offre de soins

En plus de ce lieu de silence, la VUB a  également listé plusieurs autres actions concrètes dans une charte. L’université élargit notamment son offre de soins professionnels et propose des formations pour les enseignants et managers sur la façon de faire face au deuil, à la perte et à la maladie lorsqu'un collègue ou un étudiant y est confronté. De plus, des expositions, des débats et des conférences donneront davantage de visibilité aux soins et à la maladie au sein de la communauté universitaire.

 

Autres articles

17 janvier 2020

Un médicament est-il disponible ? Vérifiez-le avec PharmaStatut

Vous voulez vérifier si un médicament spécifique est disponible ou non ? C’est possible grâce à PharmaStatut, une nouvelle application en ligne de l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS). Cette application reprend des informations complètes et actualisées sur tous les médicaments autorisés dans notre pays. 
17 décembre 2019

Près d'1 jeune enfant sur 4 prend au moins 1 médicament contre l'asthme

Près d’un quart des enfants de 2 à 6 ans prend au moins 1 médicament contre l'asthme. Heureusement, chez les enfants et les adolescents âgés de 7 à 18 ans, ce nombre passe à un peu moins de 1 sur 10. Les Mutualités Libres demandent qu'une plus grande attention soit accordée à la prévention des maladies respiratoires.