ActuMalade
02 février 2018

partagez

La complexité des assurances hospitalisation et des factures d'hôpital laissent un goût amer

Quelque 57% des ménages en Région flamande ont connu une hospitalisation au cours des deux années écoulées. L’enquête de la Mutualité Partena révèle que presque personne ne sait ce que rembourse exactement son assurance hospitalisation. La Mutualité Partena vous donne cinq conseils pour éviter les mauvaises surprises financières. 
La complexité des assurances hospitalisation et des factures d'hôpital laissent un goût amer

Davantage de frais en dehors de l’hospitalisation

Maintenant que de plus en plus d’interventions sont effectuées en hospitalisation de jour- selon l’enquête, cela concerne 45% des cas-, le volume des soins administrés avant et après l’hospitalisation gagne en importance. Songez ainsi à l’enlèvement des fils, aux radios, aux visites de contrôle chez le médecin… Rien d’étonnant à ce qu’on nage en plein flou pour déterminer si ces frais sont couverts ou pas par l’assurance hospitalisation 

Quand on est malade, autant s’épargner des soucis (d’argent) supplémentaires. Les mutualités ont le devoir de conseiller les consommateurs dans ces matières. “Nous recevons quotidiennement des appels téléphoniques de clients paniqués à la réception de leur facture d’hôpital,” note Sarah Masschelein. “C’est pourquoi nous conseillons à tout le monde de bien s’informer auprès de sa mutualité, avant une hospitalisation, que l’on dispose ou pas d’une assurance hospitalisation. Les mutualités connaissent l’ensemble de la problématique, et assurent un rôle d’intermédiaire entre le dispensateur de soins ou l’hôpital, les autorités et le patient.”

5 conseils pour une (assurance) hospitalisation transparente 

  1. Soyez attentif, lors de la conclusion d’une assurance, au fait qu’elle prévoie un remboursement pour les soins avant et après l’hospitalisation. La durée du séjour à l’hôpital ne cesse de diminuer, et de plus en plus de frais tombent donc en dehors de la période d’hospitalisation.
  2. Choisissez votre assurance en fonction de vos priorités. Une chambre individuelle est-elle importante à vos yeux ? Ou préférez-vous une couverture de base ? Si vous dérogez à votre choix au moment de votre hospitalisation, vous pourriez devoir supporter des frais supplémentaires.
  3. Informez-vous auprès de l’hôpital avant d’y être admis, de la hauteur des suppléments de chambre et d’honoraires pour une chambre individuelle. Vous trouverez ces informations sur la déclaration d’admission. Ces suppléments ont un grand impact sur la facture finale.
  4. Assuré par le biais de votre employeur ? Demandez-lui ce qui se passera si vous quittez votre emploi ou quand vous prendrez votre pension. Il peut être intéressant de conclure une police transitoire, afin de pouvoir passer ultérieurement à une assurance hospitalisation sans stage d’attente, ni formalités médicales.
  5. Appelez votre mutualité et/ou votre assureur avant votre hospitalisation. Osez aussi poser des questions sur ce que comprend exactement la police, lorsque vous contractez l’assurance.

La chance que l’hospitalisation se passe bien est réelle

Oui, je suis assuré. Mais ne me demandez pas pour quoi au juste.

L’enquête de la Mutualité Partena révèle que le risque d’atterrir à l’hôpital est bien réel. Ainsi, non moins de 57% des ménages* ont connu une hospitalisation au cours des deux années écoulées. Plus de la moitié d’entre eux ont été confrontés plus d’une fois à une hospitalisation, et 1 sur 5, même plus de trois fois. Quelque 74% des hospitalisations ont été planifiées à l’avance, et dans 64% des cas, il s’agissait d’une intervention chirurgicale

* Par ménage on entend la ou les personnes cohabitant à une même adresse, avec ou sans partenaire, avec ou sans enfants

La bonne nouvelle ?  Nous sommes très satisfaits des soins reçus à l’hôpital, et pas moins de 74% à attribuer une cote d’au moins 8 sur 10 en termes de satisfaction par rapport à notre dernier séjour.

Suppléments d’honoraires réclamés jusqu’à 100% = totalement remboursés ?  

L’importance d’une bonne  assurance hospitalisation est évidente. Nous sommes ainsi 90% à disposer d’une assurance hospitalisation pour nous protéger des surcoûts. Mais c’est là que le problème commence, parce que presque personne ne sait avec certitude ce qui est remboursé et ce qui ne l’est pas par son assurance : 44% des gens ne savent pas si les suppléments d’honoraires dépassant les 100% sont remboursés, 34% des personnes interrogées doutent qu’ils le soient jusqu’à 100%. Et 4 personnes sur 10 ne savent pas ce qu’il adviendra de leurs frais en dehors de l’hospitalisation. Le passage aux urgences est-il remboursé ? Nous sommes 28% à ne pas le savoir.

L’expérience des contacts qu’ont les mutualités avec leurs affiliés nous apprend qu’il y a de nombreux malentendus : on imagine souvent que quelque chose est remboursé alors que ce n’est pas le cas. Une partie du problème réside dans les factures d’hôpital qui sont difficiles à déchiffrer pour le patient

Des notions trop compliquées

Les notions de suppléments de chambre ou d’honoraires sont complexes. Pour une chambre individuelle, l’hôpital peut réclamer des suppléments de chambre et des suppléments d’honoraires. Leur montant varie selon les établissements. 

Le supplément de chambre est un montant forfaitaire, alors que les suppléments d’honoraires sont exprimés en pourcentages, par exemple 150%. Cela signifie que vous trouverez sur votre facture un supplément équivalant à 150% du tarif légal, et qui s’ajoute à la partie de la facture que vous devez régler vous-même.

Mon assurance rembourse les suppléments d’honoraires jusqu’à 100%” ne signifie pas nécessairement la même chose que “Mon assurance rembourse tout.” Nous devons travailler tous ensemble à rendre les choses plus transparentes.
Sarah Masschelein, porte-parole de la Mutualité Partena

Le choix de la chambre a donc un grand impact sur la facture finale. “Mais la communication sur le contenu des polices d’assurance laisse aussi souvent à désirer,” ajoute Sarah Masschelein.

 

Décortiquer votre facture d’hôpital

 

 

 

Autres articles

Hospitalia Continuité : votre filet de sécurité si l’assurance hospitalisation de votre travail prend fin

Une opération, un accouchement, une hospitalisation en cas de maladie … Le risque que vous et les vôtres soyez confrontés à une hospitalisation ne doit pas être sous-estimé. Les frais grimpent très vite, ce qui fait qu’une assurance hospitalisation ne constitue pas un luxe superflu. Nous sommes nombreux à bénéficier de cet avantage par l’intermédiaire de notre travail. Et cet avantage est tout aussi intéressant pour votre partenaire et/ou vos enfants. Mais qu’arrivera-t-il si l’assurance hospitalisation de votre employeur prend fin, par ex. en cas de perte d’emploi ou de départ à la pension ?