ActuMalade
20 septembre 2017

partagez

La chirurgie plastique n'est plus un tabou dans notre pays

L’année dernière, les chirurgiens plasticiens ont pratiqué près de 200.000 interventions en Belgique. Ce chiffre provient du rapport annuel de l’ISAPS (International Society of Aesthetic Plastic Surgery), relayé par un article paru dans le Nieuwsblad.  Et la tendance serait même à la hausse. 

De quelles interventions s'agit-il ?

Plus de la moitié des interventions ne sont pas de nature chirurgicale. L’intervention de loin la plus populaire est l’injection de botox contre les rides, avec un peu plus de 56.000 traitements au total. Le comblement des rides à l’acide hyaluronique est également très plébiscité, avec près de 37.000 interventions. Parmi les interventions chirurgicales, ce sont les corrections des paupières qui sont les plus souvent demandées (presque 19.000). Selon Philip Blondeel de l’UZ Gand, le nombre de traitements au botox est resté relativement stable tandis que les interventions chirurgicales plus onéreuses ont à nouveau augmenté ces dernières années.

Pas comme aux USA

Si l'on compare ces 200.000 interventions au nombre d’habitants de notre pays, la Belgique arrive à la 3e place des 24 pays examinés par l’ISAPS. D’après ce classement, les interventions esthétiques sont plus populaires chez nous qu’en Amérique, qui arrive à la 6e place. Il y a pourtant une différence importante entre les deux pays. "Aux Etats-Unis, on voit que les gens combinent plusieurs interventions ou enchaînent rapidement les opérations. Chez nous, 9 patients sur 10 arrivent chez leur médecin avec une demande bien précise pour un problème très spécifique, pour lequel ils recherchent une solution adaptée", explique Philip Blondeel.

Plus d’info

Consultez le site de l’ISAPS.

 

 

Autres articles

26 juin 2020

L'application moveUP pour COVID-19, reconnue par le gouvernement, relie les patients à leur médecin

Dans le contexte de la pandémie COVID-19, il est important de pouvoir surveiller les symptômes du patient et l'évolution de la maladie. Les solutions numériques intelligentes telles que les applications peuvent contribuer de manière substantielle à l'autosurveillance et au guidage à distance. Il est important que l'application réponde à des exigences strictes en termes de disponibilité, de respect de la vie privée et de sécurité de l'information, entre autres. L'application moveUP.care pour COVID-19 répond à ces exigences, et est reconnue et recommandée par le gouvernement fédéral comme une « application utile » dans la lutte contre le COVID-19.
22 juin 2020

Votre médecin utilise déjà eAttest ?

eAttest et eFact offrent de nombreux avantages : moins de tracasseries administratives, un remboursement plus rapide... Pas seulement pour vous, mais aussi pour votre médecin. Une étude des Mutualités Libres montre que de plus en plus de médecins se laissent convaincre par la prescription électronique. Votre médecin en fait-il partie ?