L’incontinence : comment éviter ces petits moments délicats ?

Les muscles de votre périnée sont affaiblis ? Si c'est le cas, vous devez certainement connaître ces moments embarrassants quand vous riez, courrez, toussez ou éternuez. Ces quelques exercices vous apporteront une aide précieuse.
L’incontinence : comment éviter ces petits moments délicats ?

Exercez-vous régulièrement

Ces exercices tout simples peuvent vous apporter de l’aide. N’en attendez pas de résultats immédiats, et poursuivez régulièrement l’entraînement au moins pendant 6 mois. Si vous souhaitez un accompagnement, votre généraliste vous aiguillera vers un kiné.

  1. Trouvez les ‘bons’ muscles. Le mieux est d’essayer de retenir l’urine lorsque vous êtes assis aux toilettes. Vous avez le sentiment de presser ces muscles et de les soulever un peu dans votre corps.
  2. Tendez ces muscles pendant deux secondes. Allongez progressivement la durée jusqu’à atteindre dix secondes. Répétez l’exercice aussi souvent que vous le pouvez, jusqu’à dix fois consécutivement. Essayez aussi de tendre rapidement et fortement les muscles.
  3. Relâchez ensuite un peu après avoir tendu les muscles.
  4. Tendez les muscles du plancher pelvien chaque fois que vous les utilisez, par ex., en riant, en toussant, en vous penchant…

Exercez-vous aussi souvent que vous le pouvez, jusqu’à 40 fois par jour. Quand vous êtes au travail, en voiture, devant la télévision…

Vous maîtrisez ces petits moments délicats ? Continuez à exercer quotidiennement vos muscles pour les maintenir en condition.

L’incontinence n’est pas une ‘maladie de femmes’

Les pertes urinaires se produisent plus souvent qu’on ne le croit, et à tous âges. Et ce n'est pas une maladie réservée aux femmes. En effet, à partir de 40 ans, 1 homme sur 4 est confronté à des pertes urinaires non souhaitées. Des muscles du plancher pelvien affaiblis, l’âge et l’obésité ainsi qu’une prostate hypertrophiée en sont les causes les plus fréquentes.

Jusqu’à 70% des cas d’incontinence peuvent être traités. Il est essentiel de consulter un médecin pour définir la cause de l’incontinence. Souvent, l’affaiblissement de muscles du plancher pelvien lié à des modifications physiologiques et hormonales, à une grossesse, une maternité, la ménopause, ou au surpoids en est à l’origine. Par ailleurs, certaines affections et lésions neurologiques ou les effets secondaires de certains médicaments peuvent provoquer de l’incontinence.

Comptez sur la mutualité

L’assurance maladie légale prévoit 2 forfaits pour incontinence. Un pour le traitement de l’incontinence chez les personnes dépendantes, et une intervention pour les formes non traitables d’incontinence urinaire. Contactez-nous pour savoir si vous pouvez y prétendre, et quelles sont les procédures en la matière.

Comme client de la Mutualité Partena, vous bénéficiez de 30% de réduction directe sur vos achats de produits d’incontinence à la Boutique santé Partena.

 

Autres articles

26 juin 2020

L'application moveUP pour COVID-19, reconnue par le gouvernement, relie les patients à leur médecin

Dans le contexte de la pandémie COVID-19, il est important de pouvoir surveiller les symptômes du patient et l'évolution de la maladie. Les solutions numériques intelligentes telles que les applications peuvent contribuer de manière substantielle à l'autosurveillance et au guidage à distance. Il est important que l'application réponde à des exigences strictes en termes de disponibilité, de respect de la vie privée et de sécurité de l'information, entre autres. L'application moveUP.care pour COVID-19 répond à ces exigences, et est reconnue et recommandée par le gouvernement fédéral comme une « application utile » dans la lutte contre le COVID-19.
22 juin 2020

Votre médecin utilise déjà eAttest ?

eAttest et eFact offrent de nombreux avantages : moins de tracasseries administratives, un remboursement plus rapide... Pas seulement pour vous, mais aussi pour votre médecin. Une étude des Mutualités Libres montre que de plus en plus de médecins se laissent convaincre par la prescription électronique. Votre médecin en fait-il partie ?