ActuMalade
24 juillet 2018

partagez

L’addiction aux jeux vidéo officiellement reconnue comme maladie

C’était dans l’air depuis un certain temps, mais c’est à présent officiel : l’Organisation mondiale de la santé (OMS) reconnaît l’addiction aux jeux vidéo comme maladie. L'affection est reprise dans la onzième version de la Classification internationale des maladies.

Besoin de davantage de recherche

Soyons clairs : il y a une grande différence entre le simple jeu et une dépendance au jeu. L’OMS souligne que seul un petit groupe de gamers est réellement dépendant au jeu. Les risques sur la santé sont toutefois plus élevés dans ce cas de figure.

C’est pourquoi la reconnaissance officielle de l’addiction aux jeux vidéo devrait stimuler la recherche dans le domaine. Et ce, afin de mieux agir en matière de prévention, mais aussi de professionnaliser davantage le traitement de cette addiction.

Quand êtes-vous accro au jeu ?

On parle de dépendance au jeu lorsque cette activité prédomine pendant au moins 12 mois de votre vie. Dans la mesure où elle prime sur toutes les autres activités quotidiennes et met ainsi en péril votre fonctionnement quotidien (travail, école, contacts sociaux,...).

Il s’agit également d’un comportement qui persiste malgré ses conséquences négatives.

En plus de la dépendance en elle-même, le gaming compulsif peut notamment engendrer des troubles du sommeil et un manque d'activité physique.

Plus d’infos

Consultez le site de l'Organisation mondiale de la santé.

 

Autres articles

28 mars 2020

Un code pour aller chercher vos médicaments

On n’est jamais trop prudent face au coronavirus. C'est pourquoi les prestataires de soins de santé organisent des consultations téléphoniques. Mais que faire si vous avez besoin d'une ordonnance ? Pour prévenir la propagation du virus, votre médecin vous donnera le code de la prescription.
27 mars 2020

Coronavirus : ne faites pas de réserve inutile de médicaments

De nombreuses personnes se sont précipitées dans les pharmacies pour acheter des médicaments en vente libre en grande quantité. Pour l’instant, les stocks chez les grossistes sont encore suffisants, mais l’AFMPS appelle néanmoins les citoyens à ne pas constituer de réserves inutiles afin de ne pas provoquer de pénurie.