ActuMalade
01 septembre 2017

partagez

Indemnités plus élevées en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail

A partir du 1er septembre 2017, les indemnités minimales en cas de maladie professionnelle ou d’accident du travail augmentent. La Ministre de la Santé publique Maggie De Block libère plus de 5 millions d'euros à cet effet. "Cette adaptation est très importante pour les citoyens qui bénéficient des indemnités les plus basses. Elle leur offre un soutien supplémentaire et accroît leur pouvoir d’achat."

Quels pourcentages ?

Les indemnités les plus basses octroyées en raison d’une maladie professionnelle ou d’un accident du travail augmentent de 1,7 %. Pour les personnes qui ont reçu leur première indemnité en 2011 et 2012, cette hausse s’élève à 2 %. Ces mesures entrent en vigueur le 1er septembre 2017 pour les accidents du travail et les maladies professionnelles constatés pendant l’année 2011 et le 1er janvier 2018 pour celles et ceux constatés en 2012.

Autres mesures

Par ailleurs, le gouvernement fédéral a également pris les mesures suivantes dans le cadre des accords sociaux 2017-2018.

  • A partir du 1er septembre 2017, la prime d’adoption augmente de 1,7 % pour les indépendants qui adoptent un enfant.
  • A partir du 1er septembre 2017 également, les pensions d'invalidité des ouvriers mineurs augmentent de 1,7 %.
  • Les plafonds salariaux qui serviront de base à partir du 1er janvier 2018 pour le calcul des indemnités d’accident du travail pour les travailleurs augmentent de 0,8 %.

Plus d'infos

Consultez le site de la Ministre de la Santé publique Maggie De Block.

 

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.