ActuMalade
16 octobre 2017

partagez

Des soins palliatifs pas assez longs pour de nombreuses personnes âgées

Seule 1 personne âgée sur 3 bénéficie de soins palliatifs 3 mois avant son décès. La moitié d’entre elles n’en reçoivent que deux semaines avant de mourir. Ces chiffres relayés par De Standaard proviennent des données récoltées par le groupe de recherche End-of-Life Care de la VUB et de l’UGent.

Des soins qui ne se résument pas à "aider à mourir"

Les soins palliatifs permettent d’augmenter la qualité de vie et, dans certains cas, peuvent même encore prolonger la durée de vie des malades. Ils ne servent pas uniquement à accompagner le patient vers la mort. Pourtant, pour de nombreuses personnes âgées, ces soins ne sont pas dispensés longtemps. Seule 1 personne âgée sur 3 reçoit déjà des soins palliatifs trois mois avant le décès, et la moitié d’entre elles n’en bénéficie que deux semaines avant de mourir. Pour un quart d’entre elles, la durée des soins palliatifs est même encore plus brève.

Une croissance limitée dans les hôpitaux

Parmi tous les plus de 65 ans qui ne sont pas décédés subitement, seuls 39 % recevaient des soins palliatifs en 2005. En 2014, ce taux atteignait déjà 63 %. Une hausse significative c’est vrai, mais dans les résidences-services, la moitié des pensionnaires qui ne sont pas décédés subitement ne reçoivent encore aucun soin palliatif. Dans les hôpitaux, ces soins restent très limités en raison du petit nombre de lits disponibles au sein des unités spécialisées.

Plus d'infos

Surfez sur www.endoflifecare.be.  

 

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.