ActuMalade
10 avril 2020

partagez

Le COVID-19 reconnu comme maladie professionnelle

Les personnes qui ont été diagnostiquées comme atteintes du COVID-19, travaillant dans le secteur des soins de santé peuvent prétendre à une indemnisation pour maladie professionnelle. C'est ce que Fedris, l'Agence fédérale des risques professionnels, a confirmé. 
Le COVID-19 reconnu comme maladie professionnelle

Le personnel concerné par cette mesure comprend :

  • les prestataires de services d'ambulance impliqués dans le transport de patients atteints de COVID-19 ;
  • le personnel travaillant dans les hôpitaux :

dans les services d'urgence et de soins intensifs ;
dans les services des maladies pulmonaires et infectieuses ;
dans d'autres services où sont admis les patients atteints de COVID-19 ;
qui a effectué des actes diagnostiques et thérapeutiques sur des patients atteints de COVID-19 ;

  • le personnel travaillant dans d'autres services et institutions de soins où un foyer de COVID-19 s'est déclaré (deux cas ou plus regroupés).

Dans ces services, ceci concerne tant les personnels médical et paramédical que logistique et de nettoyage. Le régime s'applique aussi aux stagiaires

"Les cas de COVID-19 parmi le personnel qui traite ou soigne des patients et qui n'entre pas dans l'une des catégories mentionnées ci-dessus peuvent être reconnus si la maladie peut être liée à un contact professionnel documenté avec un patient atteint de COVID-19", précise Fedris.

Les personnes qui entrent en ligne de compte peuvent introduire une demande d’indemnisation auprès de Fedris.

Article tags:

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.