ActuMalade
03 décembre 2020

partagez

COVID-19 : quand se faire tester ?

Depuis le 23 novembre 2020, les autorités ont de nouveau adapté la stratégie de dépistage du coronavirus. La capacité de test a été optimalisée et amplifiée. Il est donc à nouveau possible de tester un plus grand nombre de personnes. Le test n'est plus uniquement accessible aux personnes présentant des symptômes qui pourraient indiquer le coronavirus. Les personnes qui reviennent de voyage et celles qui ont été en contact rapproché avec une personne infectée, mais qui ne présentent elles-mêmes aucun symptôme pourront aussi se faire tester.

Que faire en cas de symptômes ?

  • Présentez-vous au moins l’un des symptômes graves suivants : toux, essoufflement, douleur soudaine dans la poitrine, perte du goût et/ou de l'odorat ? Contactez alors votre médecin. S'il/elle soupçonne que vous avez le coronavirus, vous serez testé. Restez à la maison en attendant le résultat.
  • D'autres symptômes peuvent également indiquer le COVID-19 : fièvre, douleurs musculaires, fatigue, écoulement nasal ou nez bouché, mal de gorge, maux de tête, manque d'appétit, diarrhée, confusion soudaine ou chute soudaine (surtout chez les personnes âgées). Si vous présentez au moins deux de ces symptômes et qu'il n'y a pas d'autre cause évidente de ceux-ci, contactez votre médecin afin de vérifier si vous devez être testé.
  • Souffrez-vous de problèmes respiratoires chroniques (asthme par exemple) et ces symptômes s'aggravent-ils soudainement sans explication évidente ? Dans ce cas, il est préférable de contacter votre médecin.

Vous avez été en contact rapproché avec une personne infectée, mais ne présentez vous-même aucun symptôme ?

Vous devez alors vous mettre en quarantaine. Le 7e jour (à compter du lendemain du dernier contact à haut risque), vous pouvez effectuer un test. Vous ne devez pas vous rendre chez votre médecin généraliste pour une prise d’échantillon ou une prescription, vous recevrez un code via le contact tracing ou via votre école ou votre entreprise, en fonction de l'endroit où le contact à haut risque a eu lieu. Vous pouvez ensuite prendre rendez-vous dans un centre de test de votre quartier. 

Vous revenez d'une zone rouge ou vous avez couru un risque élevé lors de vos vacances ?

Vous devez compléter un formulaire de localisation du passager (PLF). En fonction de l'évaluation de ce PLF, vous recevrez ou non un code par SMS. Si vous recevez un SMS, vous devez vous mettre en quarantaine. Le 7e jour (à compter du lendemain de votre retour en Belgique), vous pouvez effectuer un test. Vous pouvez prendre rendez-vous dans un centre de test de votre quartier. 

Et ensuite ?

Si le test est positif, restez en isolement pendant au moins 7 jours à compter du jour où le test a été effectué. Si le test est négatif, vous pouvez mettre fin à votre quarantaine, mais il est recommandé d'être particulièrement prudent et vigilant pendant 7 jours supplémentaires. Si aucun test n'est effectué ou si le résultat n'est pas disponible à temps, la période de quarantaine dure 10 jours. Restez particulièrement vigilant jusqu'à 4 jours après cette période de quarantaine : limitez vos contacts sociaux, gardez toujours une distance de 1,5 m et suivez les règles de base.

Et pendant la quarantaine ?

Pendant une quarantaine, vous vous isolez par précaution, afin de limiter la propagation du coronavirus. Respectez les règles pendant toute la durée de cette période. Vous les trouverez sur le site des autorités. Les recommandations à respecter sont les suivantes (liste non exhaustive) :

  • Restez chez vous pendant la période de quarantaine. Il ne vous est possible de sortir que pour les achats de première nécessité, à titre exceptionnel et si personne d'autre ne peut le faire à votre place. Portez un masque buccal lorsque vous sortez.
  • Evitez les contacts sociaux.
  • Respectez scrupuleusement les règles de base (lavez-vous régulièrement les mains, toussez et éternuez dans un mouchoir en papier...).
  • Contactez votre médecin si vous présentez des symptômes.

Plus d'infos

Article tags:

Autres articles

05 janvier 2021

1 personne en incapacité de travail sur 4 souffre d'un trouble psychosocial

Comme le montre la dernière étude des Mutualités Libres, 1 diagnostic principal sur 4 au début de l’incapacité de travail concerne un trouble psychosocial. Les mêmes résultats révèlent également que ce sont principalement les femmes employées qui se retrouvent en incapacité de travail pour cause de burn-out, de dépression ou de troubles anxieux.
04 janvier 2021

Quand les indemnités sont-elles payées ?

Si votre incapacité de travail est reconnue,vos revenus professionnels perdus sont remplacés par des indemnités d'incapacité de travail payées par la mutualité. Ceci vaut aussi pendant la période de congé de maternité. Si votre incapacité de travail dure plus d'1 an, vous passerez au statut d'invalide et percevrez des indemnités d'invalidité.