ActuMalade
08 février 2017

partagez

Augmenter les prescriptions de médicaments les moins chers

Depuis le 1er janvier 2017, les médecins et les dentistes doivent prescrire le médicament le moins cher dans 60 % des cas. Les dernières années, ce taux s’élevait déjà à 50 %. Comme le souhaitent les autorités,  le budget libéré sera investi dans des médicaments innovants.

De 50 % à 60 %

Depuis 2005, les médecins sont obligés de prescrire 50 % de médicaments bon marché. Cette définition a encore été affinée depuis 2015. Les médecins doivent en effet prescrire les médicaments les moins chers. Pour les encourager, ils ont reçu une brochure relative à cette nouvelle définition l'année passée. 

Cette année, les médecins doivent passer à la vitesse supérieure : ils doivent dorénavant prescrire le médicament le moins cher dans 60 % des cas. Les autorités estiment que cette mesure rapportera environ 20 millions d'euros à investir, entre autres, dans des médicaments innovants. 

Quels sont les médicaments les moins chers ?

Le médicament que le médecin prescrit doit appartenir à 1 des 3 médicaments les moins chers. S'il y a plus de 3 médicaments dans ce compartiment, il peut choisir parmi tous les médicaments qui ne sont pas 5 % plus chers que le meilleur marché. Les médecins peuvent trouver la liste des médicaments les moins chers via différentes applications disponibles sur smartphone ou tablette et sur le site de l'INAMI ou du Centre belge d'Information pharmacothérapeutique (CBIP).

Article tags:

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.