Actu Malade
08 février 2017

partagez

Augmenter les prescriptions de médicaments les moins chers

Depuis le 1er janvier 2017, les médecins et les dentistes doivent prescrire le médicament le moins cher dans 60 % des cas. Les dernières années, ce taux s’élevait déjà à 50 %. Comme le souhaitent les autorités,  le budget libéré sera investi dans des médicaments innovants.

De 50 % à 60 %

Depuis 2005, les médecins sont obligés de prescrire 50 % de médicaments bon marché. Cette définition a encore été affinée depuis 2015. Les médecins doivent en effet prescrire les médicaments les moins chers. Pour les encourager, ils ont reçu une brochure relative à cette nouvelle définition l'année passée. 

Cette année, les médecins doivent passer à la vitesse supérieure : ils doivent dorénavant prescrire le médicament le moins cher dans 60 % des cas. Les autorités estiment que cette mesure rapportera environ 20 millions d'euros à investir, entre autres, dans des médicaments innovants. 

Quels sont les médicaments les moins chers ?

Le médicament que le médecin prescrit doit appartenir à 1 des 3 médicaments les moins chers. S'il y a plus de 3 médicaments dans ce compartiment, il peut choisir parmi tous les médicaments qui ne sont pas 5 % plus chers que le meilleur marché. Les médecins peuvent trouver la liste des médicaments les moins chers via différentes applications disponibles sur smartphone ou tablette et sur le site de l'INAMI ou du Centre belge d'Information pharmacothérapeutique (CBIP).

Article tags:

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.