ActuMalade
23 avril 2018

partagez

Augmentation de la chirurgie plastique pour raisons médicales

De plus en plus de personnes s’adressent à un chirurgien plasticien pour des raisons médicales. Les chiffres de l'INAMI montrent que le nombre d’interventions a augmenté de 30 % environ entre 2011 et 2015.

Principalement des opérations après brûlures

Les gens ne vont pas chez le chirurgien plasticien uniquement pour des raisons esthétiques. Le nombre d’interventions plastiques pour raisons médicales a augmenté de près de 30 % entre 2011 et 2015, passant de 2.934 à 4.093. Dans la plupart des cas, il s’agit d’opérations suite à des brûlures (1.452), de reconstructions par lambeau (376), de reconstructions mammaires (286) et d’ablations de tumeurs (285). 

Remboursement, changement de mentalité et nouvelles techniques

Selon les experts, cette augmentation du nombre des interventions plastiques pour des raisons médicales s’explique par 3 facteurs principaux. Tout d’abord, un changement de mentalité par rapport à la chirurgie plastique. Y avoir recours n’est plus un tabou et les gens souhaitent mettre tout en œuvre pour avoir le moins de cicatrices possibles. Ensuite, les techniques sont de plus en plus précises et l’assurance maladie offre un remboursement. Par exemple, les reconstructions mammaires autologues sont mieux remboursées depuis le mois de juillet 2016 dans les hôpitaux qui ont adhéré à la convention avec l’INAMI.

Plus d’infos

Consultez le site de l'INAMI.

Autres articles

07 février 2020

18 nouveaux scanners IRM dans notre pays

Avez-vous déjà passé un scan CT ? C’est un examen qui comporte pourtant certains risques pour la santé. C'est pourquoi 18 nouveaux scanners IRM seront répartis sur l’ensemble du territoire. Ils devraient permettre à chacun de passer le bon examen à temps.
06 février 2020

Taux de cholestérol élevé : doit-on prendre des médicaments ou pas ?

Près d'un quart des Belges de plus de 40 ans prennent des statines pour faire baisser leur taux de cholestérol. Mais ces médicaments sont-ils toujours indiqués ? Le Centre fédéral d'Expertise des soins de santé (KCE) a mis au point un outil pour discuter des avantages et des inconvénients de ce traitement avec votre médecin.