Actu Malade
23 avril 2018

partagez

Augmentation de la chirurgie plastique pour raisons médicales

De plus en plus de personnes s’adressent à un chirurgien plasticien pour des raisons médicales. Les chiffres de l'INAMI montrent que le nombre d’interventions a augmenté de 30 % environ entre 2011 et 2015.

Principalement des opérations après brûlures

Les gens ne vont pas chez le chirurgien plasticien uniquement pour des raisons esthétiques. Le nombre d’interventions plastiques pour raisons médicales a augmenté de près de 30 % entre 2011 et 2015, passant de 2.934 à 4.093. Dans la plupart des cas, il s’agit d’opérations suite à des brûlures (1.452), de reconstructions par lambeau (376), de reconstructions mammaires (286) et d’ablations de tumeurs (285). 

Remboursement, changement de mentalité et nouvelles techniques

Selon les experts, cette augmentation du nombre des interventions plastiques pour des raisons médicales s’explique par 3 facteurs principaux. Tout d’abord, un changement de mentalité par rapport à la chirurgie plastique. Y avoir recours n’est plus un tabou et les gens souhaitent mettre tout en œuvre pour avoir le moins de cicatrices possibles. Ensuite, les techniques sont de plus en plus précises et l’assurance maladie offre un remboursement. Par exemple, les reconstructions mammaires autologues sont mieux remboursées depuis le mois de juillet 2016 dans les hôpitaux qui ont adhéré à la convention avec l’INAMI.

Plus d’infos

Consultez le site de l'INAMI.

Autres articles

17 avril 2021

Campagne en faveur de la santé mentale des aînés

La crise du coronavirus nous rappelle chaque jour à quel point notre bien-être mental est important. C’est vrai aussi pour les personnes âgées, pour celles qui résident en maison de repos et de soins, mais également pour les personnes de plus de 65 ans actives et en bonne santé.
16 avril 2021

Les soins digitaux ont le vent en poupe

Grâce à la Covid-19, la digitalisation des soins de santé bénéficie d’un soutien plus large. Il suffit de penser aux consultations à distance et au suivi digital des patients. La marge de croissance du secteur reste pourtant encore énorme en Belgique. E-Health Valley prévoit d’ailleurs 20 millions d'euros pour soutenir les solutions digitales innovantes.