Actu Malade
18 novembre 2021

partagez

Pandémie de Covid-19 : moins d'antibiotiques, mais quand même trop !

Prêter attention à l'importance de l'utilisation correcte des antibiotiques afin de prévenir la résistance. C'est le message martelé à l'occasion de la "World Antimicrobial Awareness Week" (Semaine mondiale pour un bon usage des antimicrobiens. Une mauvaise utilisation des antibiotiques peut en effet rendre les bactéries résistantes, ce qui ne permet plus de traiter correctement les maladies graves.

Les Mutualités Libres ont examiné l'évolution de l'utilisation d’antibiotiques par leurs affiliés. En voici quelques résultats :

  • En 2020, 575 prescriptions d'antibiotiques pour 1.000 bénéficiaires ont été délivrées, contre 735 en 2019. C'est un pas dans la bonne direction, mais encore loin de l'objectif national de 400 prescriptions d'antibiotiques pour 1.000 bénéficiaires pour 2020.
  • En 2020, des antibiotiques ont encore été prescrits à 1 membre sur 4 : la proportion des membres des Mutualités Libres ayant recours aux antibiotiques est passée de 36,7 % à 32,3 % en 2019 et même 25,5 % en 2020.
  • Près de la moitié des antibiotiques utilisés sont des antibiotiques de seconde intention, ce qui représente une légère amélioration depuis 2015 mais reste éloigné de l'objectif fixé par l'Organisation mondiale de la santé (les antibiotiques de seconde intention ne représentent que 40 % du volume). Les antibiotiques de seconde intention sont des antibiotiques utilisés lorsque le traitement standard ne fonctionne pas ou pas suffisamment.
  • L'utilisation d'antibiotiques augmente avec l'âge : le volume quotidien par bénéficiaire est presque 5 fois plus élevé chez les 80+ que chez les 0 à 9 ans en 2020.

2020 a été une année exceptionnelle à bien des égards. L'utilisation d'antibiotiques a en effet été influencée par la Covid-19. Dans notre pays, l'utilisation d’antibiotiques culmine généralement de fin décembre à début février. En 2020, la situation était différente en raison des mesures prises pendant la pandémie, telles que la distanciation sociale, le port du masque, le télétravail, la fermeture des crèches et des écoles, etc. Associées à un meilleur comportement hygiénique (comme le lavage régulier des mains), ces mesures ont probablement contribué en partie à la diminution de l'utilisation des antibiotiques. Le report des soins et des consultations pendant la pandémie est aussi une explication possible.

Les mesures prises dans le cadre de la pandémie de Covid-19 et visant à réduire la circulation du virus ont donc probablement également un impact sur la consommation d'antibiotiques. Il faut espérer que ces habitudes, qui sont devenues encore plus importantes pendant la Covid-19 (rester chez soi quand on est malade, avoir une bonne hygiène des mains et de la toux, etc.), resteront ancrées et contribueront à un effet durable sur l'utilisation des antibiotiques et la résistance aux antibiotiques. De cette façon, les antibiotiques restent disponibles pour ceux qui en ont vraiment besoin.

 

Autres articles

03 décembre 2021

Bientôt une dose "booster" pour tous les adultes

La décision vient d’être approuvée par la Conférence Interministérielle Santé publique : après les groupes prioritaires, le reste de la population adulte sera invité à recevoir un vaccin "booster" à ARN messager. 
29 novembre 2021

Nez qui coule, fatigue, toux… Devez-vous faire un test ?

L’automne et le froid ambiant marquent le retour des refroidissements. Mais est-ce un gros rhume ou la Covid-19 ? Dois-je vraiment faire un test ou n’est-ce pas indiqué dans mon cas ? Il n’est peut-être pas nécessaire de déranger votre médecin : faites une évaluation en ligne !  
23 novembre 2021

L'impact du coronavirus sur la mutualité

Les chiffres du coronavirus ne cessent d'augmenter. En tant que mutualité, nous en subissons aussi très durement l'mpact. De plus en plus de personnes tombent malades, ce qui signifie que nos collaborateurs doivent traiter davantage de documents. Il suffit de penser au remboursement des frais médicaux, au traitement des indemnités et des accords médicaux. Le coronavirus affecte malheureusement aussi nos collaborateurs, ce qui fait que nous devons absorber plus de travail avec moins de personnel, et que nous sommes moins disponibles par téléphone. Vous avez peut-être remarqué que les temps d'attente augmentent lorsque vous nous appelez.

Nous travaillons à notre accessibilité : ces derniers mois, nous avons déjà recruté 31 nouveaux collaborateurs pour renforcer nos équipes et nous prévoyons d'en embaucher 10 autres dans un avenir proche. Pour que vous puissiez compter sur le service que vous êtes en droit d'attendre de notre part. Nous vous remercions de votre compréhension.

DERNIERE MISE A JOUR : mardi 23 novembre 2021 (poursuivez votre lecture sous la photo)