ActuMalade
18 avril 2018

partagez

L'analyse du génome complet... Sommes-nous prêts ?

Les technologies évoluent. Il sera bientôt possible de "lire" notre génome complet en une seule fois. Mais qu’en est-il des informations sensibles qui seront également révélées ? Comment protéger ces données ? Et qui communique les résultats au patient ? Le Centre fédéral d'expertise des soins de santé (KCE) plaide pour un projet pilote.

Voulons-nous vraiment tout savoir ?

La mucoviscidose est-elle due à une anomalie génétique ? Pour le savoir, le généticien analyse certains gènes de notre ADN. Mais que se passe-t-il si ce généticien analyse notre génome complet et obtient également des réponses à des questions qu'il n’a pas posées ? Voulons-nous par exemple savoir que nous risquons de développer une maladie grave, pour laquelle aucun traitement efficace n’existe à l’heure actuelle ? Selon le KCE, il est préférable de ne pas communiquer ce type d’informations au patient. De plus, les scientifiques ne connaissent pas encore la signification de chacun de nos 20.000 gènes et de leurs innombrables variantes. 

Beaucoup de questions, peu de réponses

Qui peut réaliser ces analyses ADN complètes ? Qui gère et protège toutes ces informations sensibles sur nos anomalies génétiques ? Qui dispose des compétences nécessaires pour communiquer les résultats au patient et lui offrir un soutien psychologique si nécessaire ? Il y a encore beaucoup de questions et peu de réponses. Le KCE demande donc d’agir avec prudence et de commencer par un projet pilote. Tous les acteurs concernés pourront ainsi aborder les problèmes un par un et tester différentes solutions. 

Plus d’infos

Surfez sur le site du KCE.

Remboursement des examens préventifs

La Mutualité Partena accorde trois fois par an un remboursement de 10 euros par consultation et/ou examen préventif, comme une mammographie, un test de spirométrie, une endoscopie, une analyse de sang, un frottis, et l'appli Fibricheck.

Autres articles

14 novembre 2019

Une fausse ordonnance tous les trois jours

En un an, 107 ordonnances falsifiées pour des médicaments ont été détectées. Ce chiffre, cité par le Standaard, provient des statistiques émises par l'Agence Fédérale des Médicaments et des Produits de Santé (AFMPS).