ActuMalade
15 février 2019

partagez

563 millions d’euros : montant record pour les suppléments d’honoraires

C’est uniquement en cas d’admission en chambre individuelle que les hôpitaux peuvent facturer des suppléments d’honoraires. Néanmoins, d’après une nouvelle étude de l’Agence InterMutualiste, ceux-ci sont passés de 531 millions d'euros en 2015 à 563 millions d'euros en 2017.

1.065 euros en moyenne pour le patient

Les conséquences financières de ces suppléments d'honoraires pratiqués dans les hôpitaux sont considérables pour les patients. 1 patient sur 5 se verra facturer un supplément d'honoraires pour un séjour hospitalier, pour un montant moyen de 1.065 euros. Pour 10.000 séjours à l’hôpital, les suppléments d'honoraires s'élevaient à plus de 5.000 euros. Tandis que la facture était encore plus salée pour près de 3.000 patients : ils ont payé plus de 10.000 euros de leur poche !

Une meilleure protection nécessaire

On observe de grandes variations dans les suppléments d'honoraires. Les montants dépendent de l'hôpital, de la région, de la spécialité, du type d'intervention... L'AIM souligne la nécessité d'une meilleure protection du patient contre les coûts hospitaliers élevés. À l'heure actuelle, seuls 36 hôpitaux fournissent une estimation indicative des coûts sur leur site. Et souvent pour un nombre limité d'interventions et sans aucune garantie que le prix annoncé ne sera pas dépassé...

Plus d’infos ?

Consultez le site de l’Agence InterMutualiste !

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.