ActuMalade
09 février 2018

partagez

Le nombre de donneurs d’organes ne cesse d'augmenter

L'an passé, 348 Belges ont fait don d’un organe après leur décès, soit 8,4 % de plus qu’en 2016. Le nombre total de transplantations d’organes est également passé de 1.016 en 2016 à 1.041 en 2017. La Belgique s’en sort donc très bien au niveau international, même s’il reste encore du pain sur la planche. 

Sauvez jusqu’à 8 vies

348 Belges ont fait don d'un organe après leur décès, 99 donneurs vivants et un nombre total de 1.041 transplantations d'organes : les chiffres pour 2017 sont positifs. Notre pays fait également partie des meilleurs élèves sur le plan international. Mieux encore, parmi les 8 membres du réseau Eurotransplant, c’est la Belgique qui compte le plus grand nombre de transplantations par habitant. Ce qui est une bonne chose, car en tant que donneur d'organes nous pouvons sauver jusqu’à 8 vies. 

Une liste d'attente encore longue

Il y a néanmoins encore du pain sur la planche. 1.292 Belges sont en effet sur liste d’attente pour recevoir un organe. Dans notre pays, chaque citoyen est un donneur d’organes potentiel, mais il est préférable de vous enregistrer explicitement comme donneur d’organes à la commune. 272.246 Belges ont franchi le pas en 2017, contre 244.767 en 2016. A titre de comparaison, en 2007 notre pays ne comptait que 74.331 donneurs d’organes enregistrés.
Plus d’infos ? Surfez sur www.beldonor.be .

Autres articles

24 novembre 2020

Antibiotiques : utilisez-les à bon escient

La Belgique est l'un des pays d'Europe où la consommation d’antibiotiques est la plus élevée. Ceux-ci sont nécessaires, mais leur utilisation excessive entraîne l'émergence de bactéries multirésistantes dangereuses. 
05 novembre 2020

Vaccin contre la grippe : priorité aux personnes les plus vulnérables

Le vaccin contre la grippe devait être délivré en deux étapes cette année. Au cours de la première phase, la priorité a été donnée, entre autres, aux groupes à risque et aux personnes travaillant dans le secteur de la santé. Il a été décidé que la deuxième phase, qui s'adressait au reste de la population et devait commencer le 15 novembre, serait annulée.