Tout ce qu'il faut savoir sur le diabète de grossesse

Une grossesse, c'est 9 mois d'attente impatiente avant l'arrivée d'un nouveau membre de la famille. Cependant, cette période comporte parfois son lot de risques. Le diabète de grossesse ou diabète gestationnel est l'un d’entre eux, qui atteint de plus en plus de femmes. Par conséquent, il importe de s'informer sur cette affection et ses conséquences. Nous nous en chargeons avec plaisir!
Tout ce qu'il faut savoir sur le diabète de grossesse

Les femmes présentant un diabète gestationnel affichent un taux de glycémie anormalement élevé pendant leur grossesse. Cette affection disparaît spontanément après l'accouchement, mais peut revenir par la suite sous la forme d'un diabète de type 2. La moitié des femmes atteintes d'un diabète de grossesse développent même un diabète permanent dans les 5 à 10 ans suivants. Par ailleurs, cette maladie est assez difficile à dépister, car elle ne présente aucun symptôme spécifique. 

L'importance du dépistage

En Belgique, il n'existe (pour l'instant) aucun consensus sur un dépistage systématique obligatoire. De nombreux hôpitaux/gynécologues en effectuent un, mais ce n'est pas toujours le cas. Pourtant, ce dépistage systématique est crucial pour identifier un diabète gestationnel.

Comment se passe ce dépistage ? Habituellement, la femme enceinte doit boire 50 g de solution sucrée, après quoi on lui fait une prise de sang pour mesurer son taux de glycémie. Si les résultats révèlent un diabète gestationnel, un deuxième test s'ensuit afin de poser un diagnostic définitif. Ce test survient entre la 24e et la 28e semaine de grossesse. Pensez-vous courir un risque accru de diabète de grossesse ? Dans ce cas, votre médecin effectuera un dépistage lors de votre première consultation.

Peut-on prévenir l'apparition du diabète gestationnel?

Il est impossible d'avoir un impact sur la plupart des facteurs de risque (future maman de plus de 25 ans, grossesse multiple, diabète de type 2 dans la famille), à l'exception de l'un d'entre eux : le surpoids. En effet, conserver un poids sain réduit le risque de diabète de grossesse.

Attention : si vous avez souffert de diabète gestationnel, rendez-vous chaque année chez votre médecin pour contrôler votre taux de glycémie. En Flandre, le projet Zoet Zwanger vous le rappelle en vous envoyant une lettre de suivi chaque année. Demandez plus d'informations à ce sujet à votre gynécologue ou à l'équipe diabétologique.

Comment le traite-t-on?

Bien que cette pathologie ne présente aucun symptôme particulier, elle doit être surveillée et traitée avec rigueur. Voici les clés de voûte du traitement:

  • Une alimentation saine: l'objectif est d'apporter à la fois à la mère et au fœtus des nutriments sains en quantité suffisante, tout en maintenant un indice glycémique normal. Attention : il ne s'agit pas, ici, d'un régime amaigrissant. Demandez conseil à un nutritionniste!
  • Une activité physique régulière: l'exercice stimule l'action de l’insuline et participe donc au maintien sous contrôle de l’indice glycémique.
  • L'insuline: si un régime équilibré ne suffit pas à normaliser votre indice glycémique, votre médecin vous prescrira de l'insuline. Dans ce cas, votre gynécologue et équipe diabétologique surveilleront votre grossesse de très près.
  • Le self-monitoring: il vous permet de mesurer vous-même votre indice glycémique. Votre équipe diabétologique vous apprendra comment mesurer votre taux et le suivre.

Autres articles

Le test NIPT permet de dépister précocement et en toute sécurité la trisomie 21

Vous attendez un enfant. Félicitations ! Le bonheur vous inonde. Mais en même temps, vous espérez que tout se passera bien et que vous mettrez au monde un bébé plein de santé. Votre gynécologue effectue des tests pour s'assurer que tout se passe bien pour vous et votre bébé. Depuis peu, il existe un nouveau test pour dépister précocement et précisément la trisomie 21, aussi appelée syndrome de Down. Voici de quoi il s'agit.
13 août 2019

Renforcement du régime de congé d'adoption depuis 2019

Depuis le 1er janvier 2019, le droit au congé d'adoption a été considérablement étendu, tant pour les salariés que pour les indépendants. La durée maximale du congé ne dépend plus de l'âge de l'enfant adopté. Chaque parent adoptif a maintenant toujours droit à un congé d'adoption d'une durée maximale de 6 semaines. Voici en bref les changements les plus importants !