Sexe du bébé

Vous aimeriez connaître le sexe de votre bébé ? Ou vous préférez garder la surprise ? Après la 14e semaine de grossesse (14 semaines suivant les dernières règles), une échographie peut révéler le sexe du fœtus.
Sexe du bébé

Quand puis-je connaître le sexe de mon bébé ?

Généralement, le gynécologue communique le sexe d'un fœtus à la 2e échographie (entre la 20e et la 24e semaine de grossesse), à condition que bébé soit bien placé. À l'occasion de cette échographie, le gynécologue vérifie par ailleurs si le bébé se développe bien.

Si, pour l'une ou l'autre raison, vous devez subir une ponction de liquide amniotique, vous apprendrez aussi le sexe de votre bébé à cette occasion. Cet examen prénatal n'est pas effectué sans raison médicale, à cause du faible risque (1 %) de fausse-couche qu'il engendre. 

Envie de savoir ou non ?

La plupart des parents souhaitent savoir à l’avance s’ils vont avoir un garçon ou une fille. Si vous n’êtes pas de ceux-là, veillez à en avertir votre médecin. Savoir à l’avance le sexe de son bébé revêt certains avantages … et certains inconvénients. 

Avantages

  • Connaître le sexe à l’avance apporte une certaine sérénité, une certitude. 
  • Vous pouvez déjà annoncer la grande nouvelle à votre entourage.
  • Dès avant la naissance, vous pouvez donner un nom à votre bébé, lui conférer une identité avant même qu’il soit là, une personnalité. 
  • Cela vous donne des indices pour l’aménagement de la chambre de bébé, le choix de ses vêtements et du faire-part de naissance. 

Inconvénients

  • Adieu au mystère et à l’accouchement totalement naturel, à l’instar de nos aïeules. 
  • Votre grossesse prend une nature encore plus médicale, puisque tout l’effet de surprise en est enlevé. 
  • Il existe toujours une marge d’erreur assez élevée pour la détermination du sexe, si bien que vous pourriez être prise au dépourvu ou déçue à l’accouchement. 

Amniocentèse

L’amniocentèse, ou ponction de liquide amniotique, permet également d’établir le sexe d’un fœtus, bien que cet examen n’ait pas été mis au point dans ce but.  

Lors d’une amniocentèse, on prélève un peu de liquide amniotique afin de l’analyser pour déceler une éventuelle anomalie chromosomique (tel le syndrome de Down) et d’autres problèmes héréditaires liés à l’ADN. Cet examen est uniquement pratiqué dans le cas de grossesses à risque et à partir de 15 semaines de grossesse. 

Cet examen prénatal n’est pas effectué sans raison médicale, car il entraîne un faible risque supplémentaire (1 %) de fausse-couche. Après l’examen, la future maman doit rester au lit pendant une heure et est mise en incapacité de travail pendant 2 jours. 

Autres articles