Les jeunes et le cannabis

Informer vos ados sur les risques liés à l’usage du cannabis n’est pas un luxe superflu. Que doivent savoir les parents à propos du cannabis ? Découvrez les questions les plus fréquemment posées.
Les jeunes et le cannabis

Quelle est la différence entre le cannabis, l'herbe et le haschisch ?

  • Le cannabis est un terme générique. Il renvoie aussi bien à la plante de cannabis qu’à ses produits, l'herbe et le haschisch.
  • L’herbe (ou marijuana) désigne les feuilles et le sommet des fleurs séchées et moulues de la plante de cannabis femelle. La couleur varie du gris-vert au brun-vert et l'odeur douce est très reconnaissable.
  • Le hachisch ressemble quant à lui à un cube de bouillon. Il est fabriqué à partir de la résine qui se trouve sur le dessus des fleurs et les feuilles supérieures de la plante femelle de cannabis. Ces grains de résine collante sont malaxés ou pressés pour devenir une substance brun clair ou brun-vert.

Quand ressentez-vous les effets du cannabis ?

Cela dépend de la façon dont vous consommez le cannabis. Si vous le fumez, vous en ressentirez les effets après 2 à 6 minutes. Le pic se produit après 30 à 40 minutes. Si vous mangez ou buvez du cannabis (par ex. un spacecake ou du thé), les effets ne se manifestent parfois qu'après 60 à 90 minutes. Dans ce cas, les effets durent aussi plus longtemps. Si vous mangez ou buvez du cannabis, il est toutefois plus difficile de le doser et le risque est grand que les choses tournent mal.

Etre stone ou défoncé, est-ce la même chose ?

Non. Etre stone, c’est se sentir vaseux et indolent, avoir la sensation que vos bras et vos jambes sont mous et lourds. Etre défoncé, c’est ressentir les effets que le cannabis peut avoir sur votre conscience : émotions plus intenses, vision déformée de la réalité, sensibilité sensorielle accrue...

Qu'est-ce qui provoque les effets du cannabis ?

Que vous soyez stone ou défoncé au cannabis, l'effet dépend des substances psychoactives qu’il contient : les cannabinoïdes. La principale est le THC. Le cannabidiol (CBD) et le cannabinol (CBN) sont d’autres substances importantes. La puissance des effets du cannabis dépend en fait de la quantité de THC et d'autres cannabinoïdes dans la plante.

Le cannabis crée-t-il une dépendance mentale ou physique ?

Les deux sont possibles. Si vous en consommez beaucoup, vous aurez peut-être besoin de cannabis pour vous sentir bien. Si vous en consommez depuis longtemps puis essayez d’arrêter, vous pouvez aussi éprouver des symptômes physiques de sevrage tels que l'agitation, la transpiration, les tremblements et les troubles du sommeil.

Un joint est-il plus nocif qu'une cigarette ordinaire ?

Sans aucun doute. La fumée de cannabis contient trois fois plus de goudron et cinq fois plus de monoxyde de carbone qu'une cigarette ordinaire. Si vous l’inspirez profondément, ces agents
cancérigènes peuvent s'accumuler encore davantage dans vos poumons. Si vous fumez du cannabis en même temps que du tabac, vous pouvez aussi devenir dépendant à la nicotine. Inhaler du cannabis n’est pas moins nocif que de fumer un joint, c’est mauvais pour les poumons. La quantité de goudron et autres substances nocives inhalées dans la fumée n’est pas moindre.

La consommation de cannabis peut-elle entraîner une psychose ?

Oui. Vous perdez le contact avec la réalité, vous devenez agité et confus et avez de violentes crises de panique. Avez-vous déjà eu une psychose auparavant ? Ou votre famille compte-t-elle des personnes souffrant de problèmes de santé mentale ? Vous encourez alors un risque de psychose encore plus grand. Une psychose aiguë est toujours possible lorsqu'on prend de grandes quantités de cannabis, notamment en mangeant du spacecake.

Le cannabis est-il une drogue illégale ?

Oui. La consommation et la possession de cannabis sont toujours punissables. La possession et la consommation de cannabis par des adultes ne font plus toujours l'objet de poursuites. Sauf si elles s'accompagnent de circonstances aggravantes telles que l'utilisation en présence de mineurs ou la perturbation de l'ordre public. Le cannabis est toutefois interdit aux mineurs. Lorsqu’un mineurest arrêté en possession de cannabis, la police établit un procès-verbal et les parents sont avertis.

Le cannabis est-il un tremplin vers les drogues dures ?

Non. Si vous fumez des joints, cela ne signifie pas que vous passerez nécessairement à des drogues plus dures. La grande majorité des consommateurs de cannabis s'arrêtent avant l'âge de 30 ans et n'entrent jamais en contact avec d'autres drogues illicites.

Le cannabis médicinal est-il illégal dans notre pays ?

Les autorités ont approuvé la création d'une agence nationale du cannabis, qui réglementera la culture et la distribution légales du cannabis médicinal. C'est un premier pas vers les essais cliniques du cannabis médicinal et la recherche sur ses effets secondaires. Le cannabis médicinal pourrait ainsi réduire certains symptômes de la sclérose en plaques, de l'épilepsie et de la SLA. D'autres substances comme des drogues ont, ou ont eu, une utilité médicale. Il ne faut donc pas penser que la consommation récréative du cannabis est sans danger parce qu’il a des applications médicales.

Le cannabis rend-il bête ?

Il n'y a aucun consensus scientifique à ce sujet. Il est vrai que la consommation de cannabis peut perturber le développement d'un jeune cerveau. Si on compare avec le cerveau d'une personne qui n’en consomme pas, on constate que tant l'alcool que le cannabis ont des effets nocifs sur le jeune cerveau. Rien ne nous permet actuellement de dire si ces effets sont permanents.

Plus d'infos sur le cannabis ?

Surfez sur infordrogues.be ou posez votre question par mail, chat ou téléphone de façon tout à fait anonyme. 

Article tags:

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.