Le stress chez les jeunes

Il n'y a pas que les adultes qui souffrent du stress. Découvrez ci-dessous pourquoi les enfants et les jeunes gens peuvent aussi y être exposés, et comment y faire face.
Le stress chez les jeunes

Le stress chez les jeunes et les enfants : les premiers signes

Il est frappant que pendant la puberté, sont sensibles au stress en raison de leur apparence et des activités auxquelles ils participent. Chez les jeunes et les enfants, le stress s'accompagne de nombreux symptômes évidents, comme la fatigue, des difficultés à s’endormir, parfois des troubles alimentaires, la peur de l'échec, un comportement de perfectionnisme poussé à l’extrême, et des accès de colère. Leur fragilité par rapport au stress varie d'un individu à l'autre. Les plus fragiles sont souvent des archétypes du bon élève : consciencieux, perfectionniste, impliqué, gentil et sensible, soucieux des autres et très exigeant pour lui-même.

Les jeunes, le stress et la société

Chez les jeunes et les enfants, le stress est causé par différents facteurs. Les enfants issus de milieux aisés ont 4 à 5 activités extra scolaires hebdomadaires qui exigent que les parents et les enfants jonglent entre des tas de rendez-vous, ce qui crée de la pression dans le cercle familial. Si l’on donne sans cesse des choses à faire à l’enfant, on ne l’aide pas à développer sa propre personnalité. Dans les familles plus défavorisées en revanche, les enfants doivent remplir des fonctions parentales, comme s'occuper des plus petits, ce qui est aussi source de stress. Dans oublier qu'à l’école, on leur en demande beaucoup.

Protéger les jeunes et les enfants du stress

Les pédagogies actives qui permettent d’éveiller les compétences de l’enfant, à partir de son expérience, ne visent pas la surenchère intellectuelle. L’enfant doit aussi prendre du plaisir à l'école, et doit être stimulé pour s'épanouir. Un bon équilibre entre plaisir et devoir est essentiel à cet égard. Les enfants doivent aussi se sentir en sécurité pour se développer. Et nous créons souvent, sans le vouloir, un sentiment d'insécurité. En nourrissant des attentes trop élevées, par exemple.

Comment réagir en tant que parents ?

Offrez à votre enfant la possibilité d’expérimenter, de créer, et d'utiliser son imagination. Et examinez aussi vos attentes comme parent. Adaptez-les si elles sont excessives. Donnez aussi à votre enfant le temps de se développer. Un enfant peut se tromper, et d’apprendre de ses erreurs. Comme parent, vous devez aussi être capable d’accueillir positivement les échecs de l’enfant. Ce qui est important, c’est de voir comment l’enfant va se rattraper face à un échec, plutôt que l’échec en tant que tel. Aidez votre enfant à en avoir conscience, et évitez-lui ainsi beaucoup de stress.

Avantage Partena psychothérapie

La Mutualité Partena octroie aux enfants et jeunes gens bénéficiant d'allocations familiales un remboursement de 20 euros par séance jusqu'à concurrence de 6 séances par an. Vous trouverez aussi de nombreuses informations sur l'éducation des enfants, le perfectionnisme, l'estime de soi, et bien plus encore dans notre dossier Enfants et Jeunes gens.

#disquedurplein...Vous avez la tête pleine?

Etre performant(e) au travail, une vie sociale active, s’entraîner pour ce marathon, être la maman ou la fille rêvée, le papa ou le fils parfait, un partenaire compréhensif et sympa, un(e) chouette ami(e)... Nous devons et voulons en faire tellement de nos jours. Vous avez la tête pleine au point d’en oublier des choses, d’être susceptible, ou de vous sentir épuisé(e) ? Ou vous gardez votre équilibre sous la pression ? Faites le test et mesurez votre résistance mentale.

Avec nos remerciements à Isabelle Lambotte, psychologue clinicienne à l'Hôpital Universitaire des Enfants Reine Fabiola (HUDERF).

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.