Le baby blues

La semaine suivant leur accouchement, les jeunes mamans peuvent être submergées par un sentiment de mal-être, le baby blues, ou par une dépression post-partum. Nous allons vous apprendre à en reconnaître les symptômes. 
Le baby blues

Le baby blues 

Certaines femmes ont des crises de larmes, des sautes d'humeur, ou ressentent une grande fatigue, un sentiment de culpabilité, un manque d'appétit ou des troubles du sommeil et de la concentration.

Ce phénomène, appelé « baby blues », est très ordinaire après l'accouchement. Votre organisme réagit à la chute brutale de l'hormone appelée progestagène suite à l'accouchement. Le stress et la fatigue liés à l'accouchement jouent également un rôle. De plus, les premiers jours d'une toute jeune maman sont assez perturbants. Il est donc tout à fait normal que cela fasse un peu trop. 

Quelques trucs pour vous réconforter:

  • Ne vous sentez pas coupable. Il s'agit d'une étape normale, que la plupart des mamans traversent.
  • Saisissez toutes les opportunités de vous reposer ou de faire une petit somme. La fatigue ne fait qu'aggraver cet abattement. 
  • Confiez-vous à quelqu'un de proche, ou demandez conseil à la maternité.
  • Soyez patiente: donnez-vous le temps de faire la connaissance de votre bébé et de vous habituer à votre nouveau rôle de maman.

Dépression post-natale

Si votre déprime dure plus de deux semaines après votre accouchement, ou si elle ne se manifeste que 3 ou 4 semaines plus tard, vous souffrez peut-être plutôt de dépression post-partum ou post-natale.

Comment l'identifier ?

Les femmes atteintes de dépression post-natale se sentent découragées et hésitantes, fondent en larmes et se sentent coupables et craintives. Souvent, elles considèrent leur bébé avec beaucoup de stress, voir même de l'indifférence.

Comment réagir ?

Ne soyez pas honteuse de parler de vos sentiments. Ce n'est pas de votre faute, et vous n'êtes pas une mauvaise mère parce que vous vous sentez mal dans votre peau.

Demandez aide et conseil à quelqu'un en qui vous avez confiance. N'essayez pas de vous en sortir seule: prenez conseil auprès de votre médecin traitant ou consultez un psychologue. Plus tôt vous aurez de l'aide, plus vite vous recommencerez à voir la vie du bon côté.

Autres articles