Happy et healthy dans un festival

Comment profiter au maximum d'un festival? Entourez-vous d’un bon groupe d’amis, prévoyez une série de tickets pour pouvoir bien manger et boire, et établissez éventuellement la liste des groupes que vous voudriez voir. Mais de quoi avez-vous besoin réellement pour tenir physiquement le coup pendant ces jours de fête?
Happy et healthy dans un festival

Allons à l’essentiel. Au moment de rassembler vos affaires, parcourez cette liste pour survivre à votre festival de musique préféré. Vous partirez ainsi l'esprit tranquille.

  • Des pansements pour les ampoules
  • De la crème solaire ! Moins vous portez de vêtements, plus vous devez vous enduire. Il ne doit pas s'agir de crème solaire onéreuse, tant qu'elle protège contre le rayonnement UVA et UVB et que le facteur de protection vous convient. Veillez toutefois à en appliquer suffisamment
  • De la crème anti-moustiques pour dormir quand même un peu
  • Des préservatifs. Éviter la chlamydia ou les verrues génitales du festival? Ne les ramenez pas à la maison et soyez prudent.
  • Un médicament contre la diarrhée
  • Des antidouleurs, pas seulement contre les gueules de bois
  • Les médicaments que vous prenez d'habitude
  • Des bouchons d'oreilles certifiés. Prenez les vôtres et n’utilisez pas les bouchons d'oreilles gratuits que vous recevrez peut-être. Ils ne suffisent souvent pas à protéger vos oreilles. 
  • Une bouteille d'eau ou un atomiseur, de manière à boire suffisamment d'eau. Et pas seulement des boissons alcoolisées...
  • De bonnes chaussures. Vous allez quand même parcourir des kilomètres, donc soignez vos pieds de temps en temps
  • Un petit chapeau, une casquette, un bandana, un bandeau, un-quoi-que-soit-pour vous : contre le soleil et la pluie
  • Une veste imperméable

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.