Game(L)over

Le VAD (Vlaams Expertisecentrum Alcohol en andere drugs) a développé Game(L)over, un outil d'intervention précoce en ligne sur les jeux, pour les jeunes et leurs parents. Cet outil aide les jeunes à évaluer l'impact exact des jeux. Les parents reçoivent des informations, des outils et des conseils sur six sujets à partir des questions fréquemment posées par les parents sur les jeux.
Game(L)over
Beaucoup d'enfants, de jeunes et aussi d'adultes aiment le gaming. Et il n'y a rien de mal à cela. Mais une minorité d'entre eux se retrouvera à un moment donné dans une zone grise où l'équilibre entre les jeux et les autres aspects de la vie s'estompe. En grandissant, les enfants et les jeunes se 'minimisent' s'ils ne font que jouer. Ils passent à côté d'autres expériences et d'occasions de découvrir et de développer d'autres talents. Les parents ou les personnes qui s'occupent des enfants détectent souvent les signes de problèmes et s'inquiètent pour eux. 
Le nouvel outil en ligne Game(L)over aide les jeunes à évaluer eux-mêmes cette situation.

Cet outil interactif est divisé en une zone pour les joueurs et une zone pour les parents. 
Les jeunes sont invités à réfléchir à leur comportement par rapport au gaming et à son impact. Game(L)over n'est pas un jeu, mais il contient certains éléments de jeu.
Pour les parents, il existe un site contenant des informations et des conseils pour amorcer la conversation sur les jeux vidéo.

La Gamerzone et la Parentzone sont accessibles sur www.gamelover.be (site en néerlandais).

Autres articles

Tant qu'il ne devient pas danseur de ballet !

On applaudit les filles pour leur douceur et leur gentillesse, et elles reçoivent généralement plus de compliments sur leur apparence. Les garçons, en revanche, peuvent compter sur des bravos s'ils font preuve d'initiative ou s'ils sont 'courageux' face au mal. Nous envoyons donc le message que les filles doivent être douces et belles, et que les garçons doivent être entreprenants et durs. Mais saviez-vous que ces stéréotypes de genre affectent la santé mentale ? 
15 juin 2021

15 min d'activité physique à la crèche, c'est tout bon pour le développement moteur

L'UGent et la VUB viennent de terminer une étude pilote prometteuse dans les crèches de Partena et OZ. Elle a non seulement montré qu'un quart des enfants âgés de 1 à 3 ans obtenaient des résultats inférieurs aux valeurs de référence en matière de motricité. Mais elle a aussi montré que lorsque le personnel de la crèche exerçait la motricité pendant 15 minutes par jour, les enfants faisaient des progrès rapides, au sens propre comme au sens figuré.  Toutes les parties se rejoignent pour demander que l'on travaille sur la qualité des exercices de motrocité dans me secteur de l'accueil des enfants