Les enfants et l'estime de soi

Les études démontrent que des relations chaleureuses et encourageantes avec un parent, un instituteur ou des amis contribuent à une bonne estime de soi. L’entoura​ge proche peut en outre encourager les enfants à utiliser leurs compétences afin que leur confiance en eux augmente dans les domaines qui leur sont chers. 
Les enfants et l'estime de soi

Conseils pour les parents

Voici quelques conseils pour apporter votre soutien à vos enfants :

  • Donner un bon feedback
  • Comment s'y prendre avec un enfant perfectionniste ?
  • Gérer la peur de l'échec

Miroir, mon beau miroir...

Tout parent rêve que son enfant soit heureux et ait une bonne image de lui, mais cela n’est pas toujours évident…

Une bonne estime de soi correspond à une évaluation correcte de ses propres compétences. Votre enfant ne doit pas briller dans tous les domaines. Il est toutefois essentiel que les domaines dans lesquels il est bon et moins bon puissent coexister et que l’enfant ait confiance en lui et le sentiment de pouvoir surmonter de nombreux obstacles.

Les chercheurs ont constaté que la manière dont une personne s’évalue comporte deux facettes : une estime de soi globale et une estime de soi spécifique au domaine.

  • L'estime de soi globale est l’évaluation qu’un enfant fait de lui-même (p. ex. : “Je suis plutôt satisfait de moi-même”).
  • L'estime de soi spécifique au domaine est l’idée qu’un enfant se fait de lui-même dans un domaine spécifique : compétences scolaires (p. ex. :”Je suis mauvais en calcul”), sport (p. ex. : “Je suis un super gardien de but”), apparence physique (p. ex. :”J’ai de beaux cheveux”), relations sociales (p. ex. :”J’ai beaucoup d’amis”).

L’évaluation qu’un enfant fait de lui-même peut être positive ou négative. Si elle est négative, il est important que les parents reconnaissent les signaux à temps. Les enfants peuvent manifester une auto-évaluation négative de plusieurs manières :

  • Ceux qui demandent de l’aide veulent être confortés et rassurés. “C’est bien comme ça ?”, “ Tu dois m’aider…”
  • Ceux qui évitent esquivent les défis ou se fixent des objectifs peu ambitieux. “Je n’ose pas. Tu le fais pour moi ?…”
  • Ceux qui abandonnent se ravisent en cas d’erreurs ou évitent les relations sociales. “Je n’y arrive jamais”, “Je ne sais pas le faire… “
  • Ceux qui s’opposent adoptent un comportement dérangeant ou provocateur. Ils repoussent leurs sentiments négatifs en attirant l’attention : embêter les autres, se faire remarquer, ...

L'estime de soi au fil des ans

Une bonne estime de soi n’est pas innée... Les enfants très jeunes ne peuvent pas encore s’évaluer correctement. Ils ont tendance à se surestimer et c’est tout à fait normal ! Cela leur permet de faire de nouvelles découvertes et d’acquérir un tas de nouvelles compétences.

Après un certain temps, les évaluations que les enfants font d’eux-mêmes deviennent plus réalistes et sont en outre davantage liées à l’appréciation des personnes de leur entourage. L’influence des parents et des amis est très importante dans ce cadre : dès l’âge de 8 ans, les enfants commencent à baser leur auto-évaluation sur la comparaison avec les autres.

Au début de la puberté, l’estime de soi baisse chez de nombreux jeunes. Cette évolution est tout à fait normale. L’estime de soi remonte plus tard dans la puberté pour se stabiliser vers l’âge adulte.

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.