Des conseils pour le stress des examens chez les enfants et les parents

La période des examens nous revient. Une période qui est source de stress chez les enfants et aussi chez leurs parents. Nous avons sollicité les conseils des psychologues Maruschka et Cédric de Ligne d’écoute Partena pour diminuer le stress pendant la période des examens. 
Des conseils pour le stress des examens chez les enfants et les parents

Une période de turbulences

La période des examens est souvent cause de frictions entre enfants et parents. Les disputes les plus courantes apparaissent parce que les parents trouvent que leur fille ou leur fils n’a pas étudié suffisamment, n’adopte pas une bonne méthode d’étude ou ne va pas dormir à temps à moins qu’il ne se lève trop tard. De leur côté, les enfants estiment que leurs parents se mêlent trop souvent de leurs affaires, et qu’ils manquent de temps pour des activités délassantes, comme voir des amis, regarder la télé, ‘gamer’, etc. 

Ces frictions font en sorte que l’enfant se sent souvent incompris, a l’impression de devoir être parfait et d’être toujours performant. A l’opposé, les parents peuvent avoir l’impression que leur enfant ne perçoit pas l’importance des études. 

C’est la cause des champs de tensions qui apparaissent par manque d’espace pour une communication apaisée. L’enfant peut ainsi développer une peur de l’échec, se rebeller ou fuir la situation pour échapper aux tensions vécues à la maison. La maison doit être perçue comme un endroit où on peut littéralement et au sens figuré rentrer chez soi. 

Un moment crucial dans le développement de l’enfant

Tous les parents réfléchissent à l’équilibre entre liberté et responsabilité. On constate souvent que les parents ont d’autres idées, et que cela renforce les tensions au sein de la cellule familiale. La puberté et le début de l’âge adulte sont précisément des moments où les enfants remettent les choix en question, et réfléchissent à ce qu’ils veulent et à qui ils sont. Les parents ressentent aussi qu’il n’est plus aussi évident de convaincre ou de contraindre leurs enfants. Les enfants veulent prendre en main certains aspects de leur existence. 
Pourquoi le fait d’étudier pourrait-il être important pour toi ? Si je ne poursuis pas mes études, à quoi ressemblera ma vie ? Il peut être utile de faire réfléchir les enfants au contenu de certaines choses. Cela les aide à en avoir une perception plus correcte.

Ecoutez votre enfant. En leur donnant le sentiment qu’ils peuvent participer à la conversation et à la formation de certains choix, vous parviendrez à faire mieux passer le message sur ce qui a de la valeur dans la vie. Il est aussi important qu’un enfant commette parfois des erreurs. Il apprendra ainsi à bien sentir ce qu’il veut et ce qu’il ne veut pas.

 Les parents ressentent bien que leurs enfants peuvent être vulnérables et impulsifs à cet âge-là, et qu’ils ne réfléchissent pas nécessairement à long terme. En permettant à leurs enfants d’y réfléchir, et en les invitant à en parler, il peuvent amener leurs enfants à faire le point. Faites-les réfléchir eux-mêmes à la signification des études. Créez l’espace pour une discussion ouverte, en vous intéressant aux points de vue de votre enfant.

Quelques conseil très concrets pour diminuer le stress des examens

  1. Soyez disponible
    Soutenez vos enfants en mangeant le soir avec eux. Aménagez-leur un lieu d’étude au calme, sans trop de distractions, et prévoyez un savoureux goûter. Etablissez ensemble le planning, y compris suffisamment de moments de détente. Vous pouvez aussi les soutenir en leur témoignant votre intérêt. En leur demandant si leur temps d’étude se passe bien ou comment l’examen s’est déroulé. Prenez-les dans vos bras, montrez-leur votre amour au travers de vos gestes, cela ne pourra que les aider.
  2. Dites clairement que le plus important, c’est de faire de son mieux 
    Dites clairement que ce n’est pas si grave si le résultat devait être inférieur aux attentes, pour peu que l’enfant fasse de son mieux. En d’autres mots, récompensez l’investissement, et pas le résultat. Rendez aussi cet investissement concret.
  3. Evoquez les solutions envisageables en cas de résultat inférieur aux attentes 
    Réfléchissez ensemble à ce qu’ils peuvent faire ou pas pour maximaliser leurs chances de réussite. Si votre enfant craint de présenter un mauvais examen, voyez avec lui ce qui peut se passer si cet examen devait mal se dérouler. Cela peut tranquilliser l’enfant de remarquer qu’il existe une solution pour tout. Essayez aussi de garder votre calme, un enfant peut perdre sa sérénité si ses parents semblent trop préoccupés par une issue malheureuse.
  4. Autorisez suffisamment de détente et de contacts sociaux
    Soyez conscient qu’il faut leur permettre de se détendre, en rencontrant des amis. Il est prouvé scientifiquement que l’équilibre entre tension et détente fonctionne mieux à long terme. La période des examens est aussi une période de grande solitude pour l’enfant qui passe de longues heures, plongé dans ses livres. Utiliser de temps en temps les media sociaux tient de la quête de contacts sociaux. Définissez avec votre enfant comment adopter un comportement sain et équilibré par rapport à eux. 
  5. Ne vous fâchez pas
    Votre enfant éprouve des difficultés à étudier, ou un mauvais sentiment au dernier moment ? Un bon conseil : ne vous fâchez pas. Vous pouvez lui être d’un grand secours si votre confiance reste intacte. Cherchez avec lui ce qui pourrait le libérer de cette sensation. Qu’est-ce qui pourrait le motiver ? Pouvez-vous trouver ensemble de bons conseils et des astuces ?

Profitez des conseils gratuits d’un spécialiste

Vous hésitez sur la meilleure manière d’aborder la situation avec votre ado ? Faites donc appel à la Ligne d’écoute Partena, une équipe de psychologues agréés qui se tiennent gratuitement à votre disposition. Ils réfléchiront avec vous à la solution la mieux adaptée à votre situation. 



 

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.