Comment adapter le dossier de mutuelle de vos enfants en cas de divorce ?

Divorcer, ce n'est jamais un événement agréable, sans même parler des formalités administratives à accomplir. Et votre dossier, de mutuelle ainsi que ceux de vos enfants n'échappent pas à la règle. 
Comment adapter le dossier de mutuelle de vos enfants en cas de divorce ?

Quelles sont les conséquences d'une séparation sur votre dossier de mutuelle ? 

Les conséquences sont tout d'abord fonction du fait que la séparation soit de type légal ou intervenue de fait. Voici les différences :  
  • Séparation de fait

    Une séparation de fait implique que les partenaires n'habitent plus au même endroit. Pour le reste, ils sont (encore) officiellement mariés. Si un des partenaires est inscrit comme personne à charge de l'autre ? La situation peut rester en l'état, sous certaines conditions. Contactez votre conseiller clientèle à ce propos. Il examinera la situation en détail avec vous.  
  • Séparation légale

    Si vous êtes séparés, ne résidez plus au même endroit, et si votre mariage a été légalement dissous, il s'agit d'une séparation légale. 
    • Si vous êtes inscrit(e) comme personne à charge de votre ex-partenaire, vous devez faire ouvrir un dossier personnel auprès de la mutualité. 
    • Si vous êtes inscrits tous les deux comme titulaires, vous ne devez pas constituer un nouveau dossier de mutuelle. 
    • Si vous avez des enfants, lisez ci-dessous ce que vous devez faire.

Que se passe-t-il pour le dossier de vos enfants ?

En cas de séparation, les enfants doivent être inscrits à charge d'un des deux parents. Dans la plupart des cas, les parents en conviennent. Le dossier de celui des parents à charge duquel les enfants restent inscrits doit être adapté. Voyez ci-dessous comment les frais médicaux des enfants peuvent être remboursés :
  • Les remboursements sont effectués sur le compte de celui des parents à charge duquel les enfants sont inscrits pour la mutualité.
  • Si un enfant tombe malade alors qu'il se trouve chez celui des parents à charge duquel il n'est pas inscrits, le remboursement peut être effectué sur le compte du parent qui a réglé les frais. Vous devez chaque fois demander par écrit un tel remboursement. Utilisez pour ce faire le document ‘Modification temporaire du compte remboursements’, disponible auprès de la mutualité, ou à télécharger depuis le Guichet on-line
  • Vous pouvez aussi choisir un compte distinct réservé aux seuls remboursements au profit de vos enfants. C'est un ‘compte enfants’ sur lequel les deux parents disposent d'une procuration. Seul celui des parents à charge duquel les enfants sont inscrits peut communiquer un autre numéro de compte permanent pour les remboursements.  

Besoin d'un coup de main ?

Si vous avez besoin d'aide pour l'adaptation de votre dossier de mutualité, vous pouvez compter sur l'appui de nos conseillers clientèle. Ils vous guideront efficacement dans vos démarches administratives. Vous pourrez ainsi vous débarrasser rapidement de ce souci. Votre enfant pourrait aussi avoir besoin d'être soutenu sur le plan émotionnel. 

La psychothérapie pour prêter une oreille attentive 

Un divorce peut marquer profondément un enfant. Si l'enfant se pose de grandes questions à propos du divorce, et si vous éprouvez des difficultés à l'aider, la psychothérapie peut offrir une solution. Pendant les séances, le psychothérapeute utilise des techniques d'entretien qui l'aideront à déceler les interrogations sous-jacentes, et à identifier les sentiments de l'enfant. Un psychothérapeute  prête une oreille attentive à l'enfant.

La Mutualité Partena offre un remboursement de 20 euros par séance aux enfants et jeunes gens bénéficiant d'allocations familiales, et ce jusqu'à concurrence de 6 séances par an. Voyez comment bénéficier de cet avantage.

Autres articles

17 juin 2019

11 heures de gaming par semaine chez les jeunes

Les jeunes consacrent en moyenne 11 bonnes heures par semaine aux jeux vidéo : sur leur smartphone, tablette, console ou PC. Cela ne signifie pas qu'ils sont accros au jeu, mais il est néanmoins important de rester vigilant et d’en parler avec eux. Telle est la conclusion d'une enquête menée par les Mutualités Libres auprès de 976 jeunes âgés de 12 à 23 ans.