Steven est soignant à domicile et a travaillé dans une maison de repos et de soins

Steven est soignant à domicile chez Partena et OZ Aide familiale. Il a récemment travaillé à temps partiel dans une maison de repos et de soins en manque de personnel. Il parle de ses expériences et de ce que cela représente de travailler comme soignant pendant la crise du coronavirus.
Steven est soignant à domicile et a travaillé dans une maison de repos et de soins

“Cette semaine, j'ai travaillé à la maison de repos et de soins Wielkine en tant qu'aide-soignant. En raison du grand nombre d'infections, de nombreux collègues ont été temporairement absents, ce qui a provoqué un manque de personnel pour s'occuper des résidents.”

“C'était assez excitant, dans la mesure où cela fait 7 ans que je travaille dans les soins à domicile. C'était sympa de retrouver des collègues et d'autres résidents. J'ai remarqué que j'avais un peu perdu la main pour certaines manipulations, parce que j'ai quitté ce milieu de travail depuis un certain temps. J'ai ainsi dû me réhabituer à l'utilisation du matériel de levage pour faire prendre un bain.

“À cause du coronavirus, nous devions bien évidemment être très prudents, bien sûr. Et les vêtements de protection que nous portons ne facilitent pas le travail. Chapeau à tous les soignants qui font cela tous les jours !

"Heureusement, je n'étais pas seul. Deux collègues d'-mens, que j'avais connus lors de mes stages en tant qu'aide-soignant, sont aussi venus renforcer temporairement l'équipe. C'était chouette de les revoir après toutes ces années."

"Dès mon premier jour de travail, j'ai constaté que tous les résidents et les membres du personnel étaient testés chaque semaine pour le COVID-19. Après les soins du matin, c'était le tour des collègues, et j'ai aussi passé mon premier test COVID. Le lendemain, le résultat s'est heureusement avéré négatif. En revanche, sept résidents se sont avérés être infectés, et ont dû être transférés dans la section COVID."

"En fin de compte, j'ai vraiment aimé refaire des soins infirmiers. Même si je préfère encore les soins à domicile. En tant qu'aide-soignant en maison de repos, j'ai remarqué que le contact personnel réel avec mes clients me manquait. Une conversation banale, ou simplement un problème administratif..., c'est le genre de choses qu'on ne peut pas faire en maison de repos et de soins à cause de la forte charge de travail." 

"Ce qui était agréable, c'est la gratitude que j'ai reçue à la fois des résidents et des collègues. C'était une expérience que je ne regrette pas. Et je suis surtout heureux d'avoir pu aider des collègues d'une maison de repos et de soins pendant ces moments difficiles."

Autres articles

16 juillet 2020

Devenez donneur d’organes en quelques clics

Plus besoin de vous rendre à la commune pour devenir donneur d’organes après votre décès. Depuis le 1er juillet 2020, il suffit d’enregistrer votre volonté sur le portail www.masanté.be ou de demander à votre médecin. Le système devient également plus précis et vous permet d’indiquer vos préférences concernant le reste du matériel corporel humain tel que les os et les vaisseaux sanguins. 

Quarantaine et prévention des chutes

Les mesures prises pour protéger autant que possible les personnes les plus fragiles du coronavirus ont réduit les contacts sociaux, et limité les activités. Ainsi, le rendez-vous hebdomadaire chez le kiné a été reporté, on apporte les courses au domicile, le rendez-vous chez le coiffeur a été annulé, … Pour résumer, les aînés restent davantage chez eux que les plus jeunes générations. Et le fait de bouger moins augmente aussi le risque de chute.