ActuAutonomie
08 août 2019

partagez

Quatre personnes âgées vulnérables sur dix ne peuvent pas compter sur une assistance dans leurs activités quotidiennes

Dans notre pays, une personne âgée sur huit est limitée dans ses activités quotidiennes. Quatre de ces personnes âgées vulnérables sur dix n’ont pas pu compter sur une aide en 2018. C'est ce que révèle la nouvelle Enquête de Santé de Sciensano.

Préparer les repas, faire les courses

Beaucoup de personnes âgées dans notre pays disent se sentir limitées pour des raisons de santé dans leurs gestes quotidiens (maison, jardin, lit ou fauteuil). Environ 4 personnes âgées vulnérables sur 10 n'ont reçu aucune aide en 2018, alors que, selon Sciensano, au moins 20 % d'entre elles en auraient vraiment besoin. Nombre d’entre elles sont également limitées dans leurs tâches telles que la cuisine, les courses, l'utilisation du téléphone, etc. Ici aussi, 1 sur 4 dit qu'elle ne peut compter sur aucune aide. 

Prévention et aidants proches

Sciensano demande en premier lieu une politique de prévention forte pour que les personnes âgées restent actives et en bonne santé le plus longtemps possible. En outre, il est également nécessaire d'élargir et de mieux soutenir les soins fournis par les aidants proches et les soins à domicile. Une détection précoce de la vulnérabilité des personnes âgées est également nécessaire pour éviter de graves problèmes de santé par la suite. 

Plus d’infos

Découvrez tous les résultats de l’Enquête de Santé de Sciensano

 

 

Article tags:

Autres articles

16 juillet 2020

Devenez donneur d’organes en quelques clics

Plus besoin de vous rendre à la commune pour devenir donneur d’organes après votre décès. Depuis le 1er juillet 2020, il suffit d’enregistrer votre volonté sur le portail www.masanté.be ou de demander à votre médecin. Le système devient également plus précis et vous permet d’indiquer vos préférences concernant le reste du matériel corporel humain tel que les os et les vaisseaux sanguins. 

Quarantaine et prévention des chutes

Les mesures prises pour protéger autant que possible les personnes les plus fragiles du coronavirus ont réduit les contacts sociaux, et limité les activités. Ainsi, le rendez-vous hebdomadaire chez le kiné a été reporté, on apporte les courses au domicile, le rendez-vous chez le coiffeur a été annulé, … Pour résumer, les aînés restent davantage chez eux que les plus jeunes générations. Et le fait de bouger moins augmente aussi le risque de chute.