ActuAutonomie
04 mai 2021

partagez

41 % des plus de 75 ans prennent plus de 5 médicaments par jour

Une étude des Mutualités Libres montre qu’environ 4 personnes âgées de plus de 75 ans sur 10 prennent au moins 5 médicaments (remboursés) à long terme. Les chiffres montrent également que plusieurs médecins et pharmaciens sont impliqués dans la prescription et la délivrance de médicaments à un même patient.

Parmi les plus de 75 ans qui prennent au moins cinq médicaments remboursés sur une longue période, pas moins de 1 sur 5 prend depuis longtemps un médicament repris dans les critères de Beers. Il s’agit d’une liste de médicaments qui peuvent ne pas être indiqués pour les personnes âgées de plus de 65 ans. Des médicaments dans le cadre du traitement du diabète ou de la dépression sont également souvent prescrits chez environ un quart des personnes.

Nous constatons que chez un tiers des personnes environ, deux médecins généralistes ou plus se sont chargés de la prescription des médicaments. Et plus d'un tiers des 75 ans et plus polymédiqués ont eu recours à deux pharmaciens pour la délivrance de leurs médicaments. Les Mutualités Libres appellent dès lors à une meilleure collaboration entre les médecins, les pharmaciens et les patients afin d'affiner l'utilisation des médicaments.

Comment pouvons-nous empêcher la polymédication ?

Heureusement, il existe des outils qui aident les médecins dans leur traitement, comme le dossier médical global (DMG). Ceci permet notamment aux médecins de partager des données concernant l'utilisation des médicaments d'un patient. Près de 85 % des personnes âgées qui utilisent au moins 5 médicaments de longue durée disposent de ce type de dossier.

Les pharmaciens peuvent également partager des informations entre eux, à l’aide du dossier pharmaceutique partagé. Depuis 2017, les patients peuvent également choisir un pharmacien de référence pour suivre leur utilisation de médicaments. Mais seuls 30 % des plus de 75 ans étudiés en ont fait usage.

Un partage plus étendu des informations digitales entre les médecins et les pharmaciens permettra d'optimiser l'utilisation des médicaments. Le patient doit également être activement impliqué afin de comprendre l’objectif du traitement et les raisons pour lesquelles il va prendre ou arrêter de prendre tel ou tel médicament. Ceci permettra d'améliorer les soins et de réduire les coûts.

 

Autres articles

Theresia (88) et soignant à domicile Annick forment une bonne équipe

Lorsque le mari de Theresia a atterri à l’hôpital, l’équipe soignante a posé un ultimatum : il  ne pourrait rentrer à son domicile qu’une fois que des aides auraient été organisées autour de lui. La tâche était devenue trop lourde pour sa fille Anne-Marie (63), et c’est là que les services d’aide à domicile de Partena et OZ sont intervenus, en la personne d’Annick, qui s’est immédiatement très bien entendue avec Theresia.