ActuAutonomie
17 mars 2017

partagez

Le TDA/H est un véritable trouble du développement, pas une lubie

Le trouble du déficit de l'attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) est un véritable trouble du développement du cerveau. Ce n'est pas une notion fourre-tout pour les enfants pénibles qui ne restent pas en place. Vous avez pu le lire dans De Standaard : une nouvelle étude internationale permet d'en finir avec tous les préjugés sur le TDA/H.

Certaines parties du cerveau sont plus petites

Une équipe internationale de chercheurs a analysé plus de 3.200 scanners cérébraux de personnes atteintes ou non de TDA/H. Résultat ? Des parties spécifiques du cerveau sont plus petites chez les personnes souffrant du TDA/H. Il s'agit des parties dont les fonctions sont liées aux comportements problématiques des patients touchés par le trouble. "Les différences sont du même ordre que pour les autres troubles psychiques. Il n'y a aucune raison de ne pas prendre le TDA/H au sérieux ou de le réduire à une tendance à la mode", explique la chercheuse Martine Hoogman (Université Radboud de Nimègue).

Une plus grande différence chez les enfants

Autre élément marquant : c'est chez les enfants que les différences au niveau du cerveau sont les plus flagrantes. Plus l'âge des participants à l'étude était avancé, plus les différences entre les personnes avec et sans TDA/H étaient réduites. Preuve que le cerveau des enfants atteints du trouble n'arrive à maturité que plus tard et qu'il s'agit bien d'un trouble du développement.

Plus d'infos ? 
Surfez sur le site de l’asbl TDA/H Belgique !

Autres articles

21 septembre 2018

Le 'prix de l’amour' diminue pour les personnes handicapées

Avez-vous droit, en tant que personne handicapée, à une allocation d'intégration et êtes-vous marié ou cohabitant ? Cette situation est financièrement désavantageuse pour vous, car les revenus de votre partenaire sont également pris en compte dans le calcul de votre allocation. C'est ce qu'on appelle le "prix de l'amour". Heureusement, depuis le 1er août 2018, le montant de l'exemption pour le revenu du partenaire a été augmenté.