ActuAutonomie
24 janvier 2019

partagez

Incontinence : davantage de traitements

L’incontinence peut être traitée de manière efficace. Néanmoins, c’est loin d’être souvent le cas dans notre pays. Le Centre fédéral d'expertise (KCE) lance un appel pour ne pas avoir recours trop rapidement aux couches, mais pour informer davantage les patients et les prestataires de soins sur les possibilités de traitement.

Remboursements utilisés surtout pour les couches

Essayons d'abord de traiter l'incontinence avant de passer aux couches. Et dans cet ordre-là. C'est ce qu'a demandé le KCE, après avoir montré dans son étude que les remboursements fixes (forfaits) pour les personnes souffrant d'incontinence sont principalement utilisés pour acheter des couches et des serviettes. Alors qu’il existe des traitements efficaces contre l'incontinence, tels que la rééducation et l'électrostimulation des muscles du plancher pelvien chez les kinésithérapeutes spécialisés, certaines interventions chirurgicales et des médicaments. En outre, tous les prestataires de soins de santé et les patients n'étaient pas au courant de l'existence de tels remboursements fixes.

Mieux informer et mieux utiliser les remboursements

Dans notre pays, près de 400.000 personnes souffrent d'incontinence à différents degrés. Concrètement, le KCE demande de :

  • … bien informer les patients et les professionnels de la santé du fait que l’incontinence n’est pas toujours une fatalité irrémédiable
  • … utiliser les forfaits pour que les personnes entament un traitement avant de passer directement aux couches
  • … favoriser les collaborations entre tous les prestataires de soins impliqués (médecins, infirmiers et kinésithérapeutes)

Plus d’infos ?

Consultez le site du KCE !

Article tags:

Autres articles

16 juillet 2020

Devenez donneur d’organes en quelques clics

Plus besoin de vous rendre à la commune pour devenir donneur d’organes après votre décès. Depuis le 1er juillet 2020, il suffit d’enregistrer votre volonté sur le portail www.masanté.be ou de demander à votre médecin. Le système devient également plus précis et vous permet d’indiquer vos préférences concernant le reste du matériel corporel humain tel que les os et les vaisseaux sanguins. 

Quarantaine et prévention des chutes

Les mesures prises pour protéger autant que possible les personnes les plus fragiles du coronavirus ont réduit les contacts sociaux, et limité les activités. Ainsi, le rendez-vous hebdomadaire chez le kiné a été reporté, on apporte les courses au domicile, le rendez-vous chez le coiffeur a été annulé, … Pour résumer, les aînés restent davantage chez eux que les plus jeunes générations. Et le fait de bouger moins augmente aussi le risque de chute.