ActuAutonomie
23 mai 2016

partagez

Démence : mettre l'accent sur cette maladie lors des formations médicales

Le nombre de cas de démence aura triplé d'ici 2050. En outre, seuls 20 à 50 % des cas sont diagnostiqués, souvent de manière tardive. C'est pourquoi le Conseil Supérieur de la Santé plaide pour accorder plus d'attention à cette maladie pendant la formation des médecins et autres prestataires de soins.

Une formation continue sur la démence

Apprendre à reconnaître les symptômes, être au courant des différents traitement, ... : il est important que les médecins et prestataires de soins soient suffisamment informés des aspects multiples de la démence. La maladie est en effet un problème complexe et comporte des impacts humains, sociaux et éthiques. Selon le Conseil Supérieur de la Santé, des formations spécifiques sur la démence doivent être dispensées. Une formation continue sur la maladie serait préférable à une seule journée de cours. Les médecins et le personnel soignant pourront ainsi reconnaître plus rapidement la démence et proposer les meilleurs soins possibles.

Pour le grand public aussi ...

Les médecins ne sont pas les seuls à devoir être bien informés sur la démence. Le Conseil Supérieur de la Santé insiste pour que toute la société puisse avoir une image claire de la maladie. C'est de cette manière que l'entourage proche d'un patient pourra en détecter les signes à temps. La sensibilisation est également importante pour lutter contre la stigmatisation fréquente qui frappe les malades. 

Plus d'info !

Consultez le site du Conseil Supérieur de la Santé.

Article tags:

Autres articles

16 juillet 2020

Devenez donneur d’organes en quelques clics

Plus besoin de vous rendre à la commune pour devenir donneur d’organes après votre décès. Depuis le 1er juillet 2020, il suffit d’enregistrer votre volonté sur le portail www.masanté.be ou de demander à votre médecin. Le système devient également plus précis et vous permet d’indiquer vos préférences concernant le reste du matériel corporel humain tel que les os et les vaisseaux sanguins. 

Quarantaine et prévention des chutes

Les mesures prises pour protéger autant que possible les personnes les plus fragiles du coronavirus ont réduit les contacts sociaux, et limité les activités. Ainsi, le rendez-vous hebdomadaire chez le kiné a été reporté, on apporte les courses au domicile, le rendez-vous chez le coiffeur a été annulé, … Pour résumer, les aînés restent davantage chez eux que les plus jeunes générations. Et le fait de bouger moins augmente aussi le risque de chute.