Conseil

Pourquoi bébé pleure-t-il?

Il est inévitable qu'un bébé pleure, mais cela peut parfois porter sur les nerfs. Comment apprendre à décoder les pleurs de votre bébé, et comment y réagir?

Pourquoi votre bébé pleure-t-il?

Pleurer constitue le seul mode de communication à la portée d'un bébé. Il dispose de tout un répertoire de sanglots d'intensités, de durées et de tempos différents. Sachez que les crises de larmes de chaque bébé sont uniques. Il n'est donc pas facile de saisir d'emblée ce que votre bébé veut vous dire.

Au bout d'un moment, vous connaîtrez mieux votre tout-petit et vous pourrez distinguer ses différents pleurs:

Faim

Les pleurs trahissant un bébé affamé sont les plus fréquents, et donc les plus faciles à reconnaître : une sonorité aiguë, une pause pour respirer suivie de brefs sanglots profonds et rythmés. Une fois le nourrisson âgé de quelques semaines, la plupart de ses larmes la nuit sont dues à la faim.

Comment réagir?

Donnez le sein ou un biberon le plus vite possible au nourrisson. En effet, sa faim va vite se transformer en douleur et en peur. Si votre bébé doit attendre longtemps, ses pleurs vont redoubler d'intensité. Mais si, au bout du compte, ce n'est pas la faim qui le taraude, il ne boira que peu ou pas du tout, et quelques minutes suffiront probablement à l'apaiser.

Fatigue

Votre tout-petit se met à pleurer sans raison visible. Vous essayez de le distraire, mais ses pleurs ne font que s'aggraver et il commence à se débattre. Ceci arrive surtout le soir, bien qu'un bébé n'ait pas encore d'heure précise pour tomber de sommeil. Pour certains bébés, la crise de larmes fait même partie du rituel du soir.

Comment réagir?

Mettez bébé au lit dans une pièce calme. Soit il s'endormira tout de suite, soit il donnera encore un peu de la voix pour se décharger de son stress. Si besoin est, vous pouvez l'aider à s'endormir en murmurant ou en fredonnant tendrement à son oreille.

Câlins

Des protestations, des lamentations et, pour finir, des cris? Pas de doute: votre tout-petit s'ennuie. Tous les nouveaux-nés ont besoin de contact et de compagnie.

Comment réagir?

Prenez-le dans vos bras, sans craindre qu'il vous manipule. Au contraire, en augmentant son sentiment de sécurité, vous renforcerez sa confiance, si bien qu'à terme, il demandera moins à être cajolé. 

Douleur

Vous reconnaîtrez sans peine une douleur soudaine à des pleurs perçants et aigus. Instinctivement, vous saurez qu'il y a urgence. À l'opposé, une douleur chronique se manifeste plutôt par des complaintes faibles et continues. Dans les deux cas, mieux vaut réagir tout de suite. 

Comment réagir?

Essayez d'identifier la source de la douleur, et soyez à l'affût des symptômes suivants : fièvre (plus de 38 °C), vomissements, diarrhée, pâleur extrême, irritation cutanée, toux, nez qui coule. Si vous observez l'un ou l'autre de ces symptômes, rendez-vous sans tarder chez le médecin.

Aucun symptôme visible? 

Peut-être bébé souffre-t-il de coliques. Dans ce cas, tentez de l'apaiser en lui massant doucement le ventre et en le berçant.  

Colère 

Il pousse des cris haut et fort. Ceux-ci expriment son intense frustration, parce que quelque chose ne va pas selon ses désirs. Ou peut-être ne parvient-il tout bonnement pas à vous faire comprendre ce qu'il veut. Il y a donc de fortes chances pour que vous entendiez souvent ces pleurs-là.

Comment réagir?

Soyez patiente, et laissez-le exprimer son chagrin. Avec le temps, vous apprendrez à anticiper ses besoins, et il aura donc moins de raisons de se fâcher ainsi. Que faire s'il ne s'arrête pas de pleurer ? Prenez un peu de distance : votre bébé doit apprendre qu'il n'obtiendra pas toujours ses quatre volontés.

Inconfort

Si quelque chose gêne votre bébé, il le fera savoir en pleurant de manière pressante et répétitive. S'il doit faire un rot, s'il a trop chaud ou trop froid, si sa couche est mouillée... Bébé n'est pas encore capable de relativiser ses problèmes et vous les communique donc de manière brute.

Comment réagir?

Tentez de déterminer l'origine du problème. Si vous ne trouvez pas une raison évidente, essayez de le redresser ou de le changer de position: cela suffit parfois...

Des sanglots interminables 

Entre la deuxième et la dixième semaine, il est possible que bébé pleure plus souvent et plus longtemps. Ses coliques devraient disparaître vers la fin du troisième mois, et votre petit s'exprimera du reste déjà mieux. Ses pleurs devraient donc se calmer. Il apprend par ailleurs à mieux gérer ses frustrations et à parfois devoir attendre. Et si vous vous sentez parfois impuissante, rappelez-vous, pour vous remonter le moral, qu'il ne s'agit que d'une situation temporaire.

Les pleurs des nouveaux-nés figurent parmi les sons les plus puissants et les plus aigus qu'on puisse percevoir dans une maison (maximum 85 décibels, soit l'équivalent d'une rue pleine de monde). Il est donc tout à fait normal que cela vous porte parfois sur les nerfs.

Lorsque vous avez l'impression de ne plus maîtriser la situation, n'ayez pas peur de demander de l'aide à quelqu'un de votre entourage, ou de demander conseil à votre pédiatre ou soignant(e). Confier de temps en temps votre bébé à quelqu'un pour vous consacrer un peu de temps peut également vous permettre de faire baisser la pression.

 
babygehuil

Catégories associées

Dossier grossesse et naissance

Des infos sur la grossesse, l’accouchement, et la vie avec un nouveau-né. Appuyez-vous aussi sur la Mutualité Partena pour les soins après l’accouchement, l’accueil de votre bébé, votre congé de maternité et des avantages pour votre bébé.

En savoir davantage ? Contactez-nous !

Intéressé par nos produits ? En savoir davantage sur nos services ? Posez votre question grâce à notre formulaire de contact. Nos collaborateurs seront heureux de vous aider.

Blog et nouvelles

Vous trouverez sur notre blog Bon pour vous des informations supplémentaires sur tout ce qui concerne la santé. Conseils, actualités du secteur, infos sur nos ateliers et séances d’info.

Premiers vaccins

Premiers vaccins

Blog 4 août 2015

Une vaccination adaptée protège votre bébé contre différentes pathologies dangereuses. En outre, elle participe à la protection de l'ensemble de la communauté. Là où un nombre suffisant de bébés sont vaccinés, la maladie contre laquelle le vaccin protège a tendance à disparaître.

Le baby blues

Le baby blues

Blog 25 novembre 2015

La semaine suivant leur accouchement, les jeunes mamans peuvent être submergées par un sentiment de mal-être, le baby blues, ou par une dépression post-partum. Nous allons vous apprendre à en reconnaître les symptômes. 

Nous sommes toujours à l'écoute

Choisir la Mutualité Partena, c’est choisir une mutualité indépendante, accessible où et quand cela vous convient ! Nous vous assurons vous et les vôtres de manière optimale, avec le souci de la qualité d’un service personnalisé.


Fermer

Outil de recherche des agences

Vous cherchez l'agence la plus proche ?

Cherchez une agence

Guichet on-line

En vous connectant, vous pouvez consulter votre dossiers, lire vos courriers sur e-Box, …

Guichet on-line